19
Avr
08

Zara ça vient

Ça fait un petit moment que je voulais ces chaussures (celles du bas, talons bois).
Ça a commencé par cette photo dans le Vogue de ce début d’année. Puis je les ai vu chez Ithaa et Benetie, et oui décidément, j’en avais très envie.

D’un autre côté, il m’arrive souvent de penser à ce que je voudrais et tout aussi souvent d’oublier. Comme dans la chanson.

J’ai été une vraie fashionista, n’hésitant pas à dépenser un mois de salaire dans une virée shopping de quelques heures. C’était comme ça, il fallait que je « remplisse » ma libido fashion. Malheureusement, le soulagement qu’impliquait la dépense de sommes folles dans de la chiffonnade n’était que de courte durée. Le plaisir, pour être complet, devait être constamment renouvelé.

Puis j’ai grandi, chose que je me refusais à envisager. Peut-être même que j’ai vieilli, là aussi à l’insu de mon plein gré. J’ai évolué.
J’aime toujours autant la mode mais je ne suis plus addicted. Je ne me déguise plus (rien de péjoratif là dedans), ou bien très rarement. Le déguisement est un jeu et ce dernier est l’apanage des enfants. Mais voilà, le temps qui passe tue les enfants.

Du coup, le shopping, j’aime moins. J’ai toutes les boutiques les plus désirables en bas de chez moi, mais je préfère le calme d’internet, le plaisir de recevoir le colis chez moi après la commande. Cadeau fait à moi même.

Je digresse, forcément.
Je reviens donc à ces fameuses, vendues chez Gap, qu’il me fallait, oui, mais pas à n’importe quel prix. Du coup, j’ai laissé filer le temps.

Mercredi dernier, j’ai eu une opportunité. En sortant d’un rendez-vous professionnel, je me suis aperçue que j’étais tout près de cette partie de la rue de Rivoli où sont installés H&M, Zara, Gap et bien d’autres encore. J’avais du temps devant moi. Je pouvais donc musarder tranquille.

Pfffff… Comment j’avais fait pour oublier. Oublier qu’on était mercredi après midi. Et que le mercredi après midi, rue de Rivoli, on ne musarde pas. On crie, on hurle, on compare sa nouvelle coupe de cheveux (crête de poulet sur le dessus et queue de mulet sur l’arrière ou l’inverse), on se bouscule, on tient les vitrines dès fois qu’elles s’écroulent (c’est traître une vitrine, le mercredi après midi), on fait tomber la moitié du contenu d’un portant par terre, on rigole bien et on s’essuie les baskets avec (ça n’avait qu’à pas tomber).

Résultat, je pense que c’est bien la première fois que je sors de chez les suédois sans un sac blanc logoté rouge à mon poignet. Non, même pas une paire de chaussettes à mettre dans mes futures chaussures, rien, que dalle, nada, nothing. L’exploit, en somme.

Je sors du magasin avec la sensation d’avoir échappé de peu à la noyade, à l’asphyxie, à l’inhumation vivante. Phobie de la foule, du bruit. Je prends une goulée d’oxygène, je me dirige vers Gap, c’est sur ma route pour rentrer de toutes façons.

Là c’est beaucoup plus calme. J’avise le contenu des rayons et des portants. Pas de fluo et donc pas de kids assortis. Soulagement.
Je file à l’étage et j’aperçois enfin MON Graal. OK, on frise le blasphème, mais quand même elles sont là.

Très vite pourtant, je sus que c’était raté. Très peu de paires. A vue d’yeux (je ne regarde pas encore avec mon nez), je m’aperçois qu’il n’y a pas ma taille. Mais je peux me tromper. Je soulève toutes les paires, vérifie plusieurs fois, ça m’occupe un petit moment.

Je pensais qu’un vendeur arriverait à mon secours, attristé par mon manège. Mais non, il ne se passe rien.
Je reste plantée là, clone de Julien (Clerc, pas Doré). J’attends, je ne vois personne. C’est pas très beau finalement un Gap, un mercredi après-midi et même si c’est pas encore la nuit.

Personne à la caisse non plus. A un moment, je les ai vu passer. Un, puis un deuxième, l’air très affairé, les bras chargés de basiques tristes.
« Excusez-moi. S’il vous plaît. »
« Je reviens ».
« Je voulais juste savoir si toutes les tailles étaient exposées ».
« Ça dépend ».
« Pour les chaussures. »
« Ah les chaussures, elles sont toutes là, c’est tout ce qui reste ».

Je le savais, c’était forcé. Je sors. Je suis déçue.

Encore un peu plus loin et toujours sur mon chemin du retour, Zara.
Je sais pas trop pourquoi mais autant H&M me convient autant Zara c’est pas ma came. Je n’ai jamais rien acheté chez Zara. Mais là, je suis énervée. J’ai beaucoup donné de ma personne, et je suis bredouille.

Non, je ne chercherais pas un autre Gap pour les avoir, mes chaussures. Même sur le site, elles sont en passe d’être sold-out. C’est un signe, c’est comme ça, c’est trop tard.

Zara ou rien.
L’ambiance est plus calme que dans le nord de l’Europe, c’est paradoxal. Je file à toute vitesse, entre les rayons, les yeux fixés au ras du sol, où sont exposées les chaussures. Je veux des chaussures. Avec des hauts talons en bois. N’importe lesquelles. J’avise plusieurs modèles. J’essaie. Rien ne me satisfait. J’en ai marre. J’ai mal aux pieds, c’est pas l’idéal pour essayer des chaussures.

Puis je les vois. OK. C’est bon, c’est ça. La couleur, mouais bof.

« Vous l’avez dans d’autres coloris?  »
« Malheureusement non. »

Tant pis. Y a ma taille. C’est déjà bien. J’essaie, à même la chaussette. Elles sont jolies au pied. La couleur est gaie, après tout. Elles sont pourtant un peu bizarres. J’ai l’impression de plonger vers l’avant quand je marche. Elles ont l’air biseautées. Comme les cartes. Tant pis encore. Je m’en fous. Faut que je m’extirpe de là. Et pas sans rien tant qu’à faire.

Je paie. Je m’en vais. Je suis soulagée.

Version jean basique

  • Tee Shirt : American Vintage
  • Jean : Diesel
  • Trench en daim : Kookaï

Version freaks 50’s

  • Chemisier : H&M
  • Jupe en soie : Unité – La Redoute
  • Ceinture : vintage
  • Chaussettes : Timberland

Et comme sur les blogs, cette semaine était celle du tie and dye :

Version j’ai pas pu résister

  • Robe : Jean Colonna
  • Tee shirt : American Vintage
  • Sac : Antik Batik


12 Responses to “Zara ça vient”


  1. 1 Calixte
    19 avril, 2008 à 19:33

    Très bon choix. Je les préfère même aux Gap,elles sont plus fines, plus féminines. La couleur corail est sympa aussi.

  2. 19 avril, 2008 à 22:50

    J’aime assez, le côté flashy. Mais alors, pour marcher ?

  3. 3 Rose(anna)
    20 avril, 2008 à 11:28

    J’adore ce sac fleuri.

  4. 21 avril, 2008 à 10:52

    J’ose.. Je préfère les tiennes aux Gap, vues et revues.😉

  5. 5 april22
    21 avril, 2008 à 15:02

    Calixte : Merci, c’est sympa. C’est vrai que la couleur j’avais un doute au départ, et puis, finalement…

    Frieda : Merci. C’est vrai que les photos accentuent un peu la couleur. Et pour marcher avec, je suis en train de passer un brevet. Les pavés sont redoutables, il y en a partout autour de chez moi et j’ai pas encore trouvé la plage censée être en dessous.

    Rose(anna): Merci. Malheureusement la qualité n’était pas top et les anses s’effilochent de partout😦

    Galliane : Merci, c’est cool. Moi j’aurais pas osé…

  6. 21 avril, 2008 à 18:51

    waouhhhh elles sont super chouettes!! je me suis posée la même question que Frieda pour la marche!😉 j’en avais essayé de splendides à Zara mais impossible de marcher avec… sinon je suis assez comme toi, avant j’étais une acharnée des magasins, et là je traine les pieds pour y aller… et en même temps j’aime trop rentrer chez moi avec un joli butin… c’est grave docteur?😉

  7. 21 avril, 2008 à 22:27

    Sympa avec les chaussettes noires,sinon j’adore les bottes gris chiné présentées sur la même page…

  8. 22 avril, 2008 à 07:18

    Bon anniversaire, je me doute que ton pseudo veut dire que tu es née le 22!! j’espère ne pas me tromper!!! perso, le mien est dans trois jours😉 on est deux petites « Taureau » alors… ;-)Profite bien de cette journée…

  9. 9 april22
    22 avril, 2008 à 15:07

    Anya : Je suis ravie qu’elles te plaisent. Mais comme j’ai répondu à Frieda, c’est pas un modèle de stabilité. Ce n’est pas tant la hauteur que l’inclinaison je crois. Voilà ce que c’est de ne pas vouloir rentrer les mains vides. Pfffff…….

    La Petite : C’est vrai qu’elles sont sympas ces bottes, mais je ne les ai pas vues en magasin.

    Anya : Merci, merci !!! Tu ne peux pas savoir combien ton com m’a fait plaisir… Tu es la première à avoir fait le rapprochement.😉
    Et vive les Taureaux (et après on se demande pourquoi je n’aime pas la corrida)! Je penserais à toi le 25. Que d’anniversaires en ce moment sur la blogo!

  10. 22 avril, 2008 à 20:05

    j’adore la présentation des chaussures par la statue. très original. on dirais une œuvre d’art de Beaubourg!!!!!

  11. 22 avril, 2008 à 22:18

    Sublime ces chaussures, mais alors tu les portes très bien!
    J’aime beaucoup la version avec le jean et aussi la Version freaks 50’s, lais celle qui remporte le palmarès c’est avec la robe jean colonna!

  12. 12 april22
    23 avril, 2008 à 18:00

    Coming soon : Wouahhh! Merci! Ton compliment ma va droit au coeur😀

    Ithaa : Merci beaucoup. Ça me fait super plaisir! Et dire que cette robe Colonna est une rescapée des années 90… rien ne se perd…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


avril 2008
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories

Articles les plus consultés


%d blogueurs aiment cette page :