Author Archive for

13
Juin
09

Slouchy and skinny (toi même)

DSCN1411

Ou comment, patience et longueur de temps font parfois moins que force et que rage…

Parce que le moins que l’on puisse dire, c’est que je ne me suis pas vraiment précipitée dans cette affaire.
Et qu’au final j’aurais peut-être mieux fait, m’évitant ainsi la vautrade annoncée.

Il y a quelque temps de ça, alors que, comme les 2/3 de la blogosphère mode, je cherchais un « boyfriend » à me caler sous la dent, je tombe sur ça :

current_elliott_slouchy

Tout ce dont j’avais envie, là, sur le moment : du loose, du fatigué, du mou, du dégingandé pas prise de tête.

Le Super Slouchy Skinny de Current Elliott allait devenir à coup sûr MON jean de l’été. Plus seyant et moins vu que le boyfriend, OK, give me five, je suis prête à conclure.

Oui mais non. Parce que ce modèle, impossible de le trouver en magasin en France (du moins moi y en a pas trouvé), et donc impossible de l’essayer au préalable et de me décider quant à la taille.

Au vu du prix de l’engin, de sa coupe particulière, et de tout ce que j’avais pu lire sur les aléas de taille des BFJ de la marque, j’hésite.

Longtemps.

Longtemps.

Je fais alors le tour du web à la recherche de précieuses informations, pour me retrouver au final avec deux théories également partagées : soit tu prends ta taille (et tu assumes le côté slouchy), soit tu prends une taille en moins (au risque de te retrouver avec un slim lambda).

AAArrrgh…

Dilemme.

Des slims j’en ai des wagons, et ce qui m’intéresse dans ce jean c’est justement son côté usé et fatigué, et sa coupe toute en looseur. Etant entre deux tailles, je choisis quand même (fine mouche) la plus petite des deux et je commande tranquilou mon super Slouny Skichy (j’en ris encore).

Je précise qu’entre le moment où je l’ai repéré et celui où je l’ai commandé, il s’est quand même passé plusieurs semaines de valse hésitation, tellement cette histoire de taille me perturbait (OK je sais, mais on ne pérorera pas ici sur le vide intersidéral de ma vie…).

Comme toujours avec Revolve Clothing, prix bien en deçà de ce que l’on peut trouver en France, frais de port gratuits et livraison hyper rapide (je précise à toutes fins utiles que je leur fais de la publicité totalement gratuite, et que je suis bien d’accord avec vous, je serais pas contre un petit dédommagement).

Donc trois jours plus tard, arrivée de mon nouveau Slouski Chyny…

Ouverture de la pochette, déballage et… cul par terre.

A vue de nez je pouvais rentrer dedans avec mon boyfriend (le vrai), mes deux chats et le poisson rouge, ce qui au final aurait fait beaucoup trop de monde au même endroit.

Je l’essaie quand même (seule ce coup ci) et effectivement je pouvais le mettre et l’enlever sans défaire le bouton. Ça nous a beaucoup amusé (moi et moi même), et on a joué à ça pendant un petit moment en rigolant bien, avant d’être subitement envahie par un lourd sentiment de solitude.

A ce stade, plusieurs solutions se dessinaient :

1/ Inviter du monde à participer à la super fête qui commençait à se jouer dans mon jean.

2/ Le renvoyer et faire un échange.

3/ Innover.

La solution 1 a vite été écartée (mon espace vital et moi n’étant pas vraiment partageurs).

La solution 2 était momentanément impossible (taille inférieure épuisée sur le site, tu m’étonnes). De plus la délicatesse qui me caractérise a voulu que je passe mon pied au travers du trou préformaté de la cuisse en l’essayant, déchirant au passage les fils ténus qui le protégeaient encore.

Restait la 3ème, de solution.

Qui s’est concrétisée par un passage par le lave linge à 90°, suivi de 2 heures de séchage à température maxi. Ça lui apprendra…

Et comme ça n’allait toujours pas, j’ai fini par le renvoyer, en remettant bien en place les étiquettes… (oh ça va hein, si on peut même plus rigoler).

Non je suis juste quelqu’un de bien (on va dire) qui serait incapable d’une telle infamie, d’autant plus que les 4 heures passées dans le lave linge séchant lui avaient remis les idées en place, à mon Skouchy Slinny.

Comme on était d’accord lui et moi qu’on revenait de loin, et pour fêter l’issue heureuse de ce qui aurait pu finir en serpillière, je n’ai pu m’empêcher de lui vider une partie de mon dressing sur les guibols, à mon nouveau pote.

Avec du bleu doré

DSCN1362

DSCN1376

DSCN1363

trio

DSCN1405

  • Jean : The Super Slouchy Skinny – Current Elliott
  • Top doré en lurex : Chattawak
  • Top bleu : COS
  • Chaussures : H&M et Oasis

Avec des rayures marinées

DSCN1378

DSCN1382

DSCN1379

DSCN1385

DSCN1380

  • Marinière : H&M

Avec du tee pyjamisant

DSCN1396

DSCN1397

DSCN1389

DSCN1390

  • Tee shirt : Swildens
  • Veste : Bel Air

Avec de la fleurette (non libertysante)

DSCN1398

  • Top : Zara

Avec du bleu de la marine

DSCN1399b

DSCN1400

DSCN1402

DSCN1399

  • Top : Liverny

Et vous ?

Avec votre jean de l’été ?

Ça se passe comment ?

07
Juin
09

Et pour quelques shoes de plus…

DSCN1294

Ça, c’est fait…

Depuis le temps que je cherchais de quoi mettre mes pieds en cage, j’ai fini par trouver.

DSCN1285

Chez Zara.

DSCN1288

Pour moins de 60 €.

DSCN1289

Pour une fois, le talon n’est pas trop haut et sa forme rend la chaussure super stable, voire confortable…

DSCN1291

J’avoue d’ailleurs qu’au début ce genre de talon triangulaire ne me bottait guère, et puis, comme le reste, à force d’en voir…

DSCN1292

Je suis peu de chose finalement.

DSCN1293

Pour les photos de mes pieds en gros plan, faudra attendre un peu…

… le temps que je me réconcilie avec…

Sinon, un petit repérage sur Asos, pour sélectionner cette paire :

image1xxl

La forme me plaît.

La couleur me plaît.

Le prix me plaît (38,44 €).

Mais la hauteur de talon a fini par me dissuader (11,5 cm).

Dîtes, M. Asos, vous pourriez pas les faire un peu plus courts vos talons.

C’est vrai, quoi, y en a marre des échasses bousilleuses de pieds (et d’allure).

Oh et puis tant pis…

… les soldes de presse chez Louboutin sont le 11 juin prochain.

ADVIENNE QUE POURRA.

Et sur ce, je m’en vais voter.

Pour une fois qu’on me demande mon avis…

29
Mai
09

Carotte bleue

DSCN1

Le sarouel ? Même pas en rêve !

Mais la carotte (pardon, LE carotte), je dis why not ?

Après avoir fait un premier essai cet automne, je me suis dit qu’après tout les légumes c’est bon pour la santé, certains rendent même aimables, et je ne voyais donc pas d’objection à réitérer l’expérience.

DSCN2

Surtout quand la variété en question est peu chère, largement répandue et d’origine suédoise (enfin pas forcément ceux auxquels on pense).

DSCN3

Accompagné de motifs psychédéliques et réchauffé d’un hoodie gris (la carotte est frileuse), voici un bon compromis pour s’initier aux joies du jardinage urbain.

DSCN4

DSCN5

DSCN6

DSCN7

DSCN8

  • Pantalon carotte en denim : Cheap Monday
  • Top : Matthew Williamson pour H&M
  • Hoodie : American Apparel
  • Sandales : Zara

Pour faire un petit flash back sur mes années 80 à moi, je me suis souvenu du genre de pantalon que je portais à l’époque : le pantalon Cow Boy, pour ne pas le nommer. Je ne saurais dire d’où venait l’appellation (pour sûr on a jamais vu un cow boy attifé de la sorte), mais la chose portait en elle les germes du carotte actuel (génétiquement modifié depuis).

C’était un genre de jean (5 poches), très ajusté à la taille (haute), qui s’évasait progressivement sur les cuisses (pinces sur le devant), atteignait son maximum au niveau des genoux, et finissait en enserrant la cheville (le mollet, lui, étant plus qu’à son aise). On roulottait le bas (le verbe rebouler n’avait pas encore été inventé), et on portait ça, fiérote, avec des derbys de couleur vive…

Et je m’interroge.

Ne retrouvant nulle part mention de ce type de pantalon, je finis par croire que je l’ai rêvé (pourtant je me souviens très bien, le mien était rose pale).

Est-que ça dit quelque chose à certaines d’entre vous ? Suis-je la seule à avoir gardé le souvenir de cette fringue traumatisante ? Pire, n’aurions nous été qu’une poignée à l’époque à le porter et à l’appeler ainsi ?

Et pour en revenir à notre époque, finalement, vous êtes plutôt sarouel, plutôt carotte, plutôt je m’en bats les flancs ?

22
Mai
09

Tête à lunettes

DSCN1172

Quand j’étais petite, je collectionnais les images du chocolat Poulain et les Glup’s des stations ESSO.

Aujourd’hui, ça ne s’est pas arrangé.

Je ne retrouve plus mes Glup’s, mais je continue à entasser. Les objets varient mais la manie est restée.

Les lunettes de soleil par exemple…

Beaucoup de vintageries (grand n’importe quoi)

DSCN1214

DSCN1215

DSCN1216

DSCN1237

Quelques Pilotes

DSCN1217

DSCN1222

DSCN1226

Un peu de verre dégradé

DSCN1218

DSCN1219

Du Biker et du Wayfarer

DSCN1223

DSCN1224

Du basique

DSCN1225

Des je me la pétouille

DSCN1221

DSCN1227


Mais aussi des « je suis une mouche »

DSCN1228

DSCN1232

DSCN1233

Et du Sherpa des villes

DSCN1234

DSCN1236

  • Lunettes : Givenchy, Pierre Cardin, Ray Ban, Alain Mikli, Marc Jacobs, D&G, Dolce & Gabbana, Roxy, Quiksilver, Bollé, Police, IDC et cheaperie

Inutile de dire qu’elles me vont toutes beaucoup mieux à moi.

Sinon, j’enrage et désespère, je me suis aperçue en rédigeant ce post que j’avais certainement balancé ma paire de lunettes rondes à la J. Lennon (oui les super moches je confirme), prochaine forme tendance incontournable (je m’excuse)

Et vous vos lunettes de l’été, elles sont comment ?

13
Mai
09

Où est ma chemise en jean ?*

DSCN1144

J’oversize pas tant que ça finalement.

Faut dire que j’ai déjà bien donné par le passé.

Jusqu’au ridicule.

Faut dire qu’en plus ça m’allait pas.

Et ma chemise en jean de l’époque ne dérogeait pas à la règle.

J’en avais deux en fait. Une délavée, l’autre un peu moins.

Et pourquoi « avais » d’ailleurs ?

Alors j’ai cherché, cherché, retourné tout le dressing (en plus comme j’ai que ça à faire en ce moment, ça tombait plutôt bien).

Rage.

Puis désespoir.

Et finalement, évidence.

J’avais du les balancer tellement elles étaient moches. Je ne vois pas d’autre explication (je les ai pas boulotté non plus, hein).

Alors j’ai du en trouver une autre.

Pas chose facile.

Dans ma friperie préférée, des modèles taillés pour la mère de Sébastien Chabal et dans les magasins que des p’tites choses beaucoup trop chères. Pas question d’y aligner trois chiffres (c’est pas que ça me reprend, c’est que ça ne m’a jamais quitté, et jusqu’à maintenant je n’ai fauté qu’une fois – pour le BFJ).

Et puis par hasard, sur Asos.

28 €.

C’était la dernière.

DSCN1146

DSCN1151

DSCN1133

DSCN1156

DSCN1121

DSCN1161

DSCN1152

DSCN1162

  • Chemise en jean : Wrangler chez Asos
  • Treillis : Zara
  • Tee shirt : vintage

Et vous la chemise en jean ?

Elle repassera par vous ?

Plutôt skinny ?

Ou oversized ?

* les plus perspicaces auront reconnu la référence à l’oeuvre impérissable de Sim et Patrick Topaloff

07
Mai
09

Perroquet acide

dscn1071

S’il y a un événement récent qui m’a laissé de marbre, c’est bien la collection Matthew Williamson pour H&M.

Le trip baby doll de retour d’Ibiza, c’était pas trop ma came on va dire. D’autant plus que pour faire partie des happy few, il fallait se lever tôt, faire la queue pendant des heures et prendre son mal en patience. Et en tant qu’insomniaque assumée depuis des années, mon sommeil du matin est bien trop sacré…

Bref, j’avais digéré et aussitôt oublié l’information.

Mais c’était sans compter les génies du mal qui se sont évertuées à poster leurs trouvailles sur leurs blogs, les charognes (du coup maintenant je ne peux même plus les citer).

Et vas-y que je t’éblouisse avec ma veste en soie bleue, avec mon mini perf que même si les zips sont dorés, je n’en aurais pas moins reniée ma patrie si j’avais pu mettre un demi doigt dessus, des trucs en plume dans tous les sens, bref, l’orgie totale.

Ça m’a toujours gonflé les maximes du genre « l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ».

Je sais maintenant pourquoi.

Pourquoi je n’ai ni avenir, ni veste bleue, ni perf aux zips dorés.

Fuck them !

All !

Alors, penaude mais motivée, j’ai pris la direction du premier H&M venu (j’en ai quand même trois dans mon périmètre immédiat), mais ce… 5 jours après tout le monde…

Dans le premier, rien de chez rien, lui non plus ne faisait pas partie des happy few sélectionnés pour recevoir la fameuse collection.

Dans le second, j’ai du tournicoter un moment (j’avais un peu honte de demander) avant de trouver trois cardigans esseulés au milieu de deux shorts abandonnés et d’une robe à paillettes un peu tristoune.

Bon…

Finalement le troisième recelait les 3/4 de la collection (moins les IT) en quantité plus que suffisante (toutes les tailles dispos).

J’ai pris le pantalon, et reposé le top jaune.

Revenue chez moi j’ai regretté le top jaune.

J’y suis donc retournée le lendemain pour reprendre le top jaune.

Plus un autre bariolé et un jean qui n’avait rien à voir mais qui avait été abandonné dans le rayon. J’adore les articles esseulés loin de leur cintres d’attache. Un phénomène d’identification sans doute…

Alors voilà ce que ça donne en total look.

dscn1079

Superschöne, isn’t it ?

Et surtout totalement improbable tel quel (quoi que sous acide) (peut être).

La solution ?

Du denim pardi !

dscn1088

dscn1101

Un p’tit coup de flash sur le pantalon pour la brillance peut être ?

dscn1102

dscn1104

Ah on fait moins les marioles hein ?

Bon en vérité, il brille quand même un peu moins.

Même punition pour le top jaune (au passage j’ai été assez ebaubie par la qualité) (et je sens qu’il n’y en a pas pour longtemps avant que je ponde des posts en vieux français moi).

dscn1112

dscn1115

  • Top et pantalon en soie : Matthew Williamson pour H&M
  • Blouson en jean : Levi’s
  • Tee shirt : Comptoir des Cottoniers
  • Sandales rouges : Zara
  • Boyfriend jean : Citizens of Humanity
  • Sandales bleues : H&M

Sur ce je vous souhaite un excellent WE prolongé.

Et surtout ne me racontez pas vos virées à la plage ou à la campagne, moi ce sont trois jours de taf qui m’attendent.

C’est trop injuste…

OFF.

Partie se pendre.

Avec un top jaune.

03
Mai
09

White blouses

dscn0963

Parce que le blues, c’est mieux en noir. Ou en bleu.

Parce que la blouse, c’est mieux en blanc. Ou en blanc.

Et la blouse blanche on a beau en avoir chacune un wagon dans nos placards, on est jamais contre un petit supplément. Voire deux.

Alors pour fêter les premiers rayons du soleil et éviter de se désargenter, direction chez Olga, la friperie de la rue de Turenne dans le Marais.

Vous savez, là ou j’ai trouvé le perfecto de mes rêves ou presque, que je n’ai pas quitté ensuite pendant une semaine.

Et quand je dis pas quitté, c’est pas quitté. Je l’ai porté aaaaall day looooong, même à l’intérieur, même pour travailler, c’est à dire tapoter sur mon clavier, qu’à la fin j’en avais des crampes à la saignée du bras.

L’idée de départ, c’était de faire la bête pour qu’elle m’aille parfaitement, qu’elle fasse comme une seconde peau, comme si c’était moi qui l’avais usé pendant de longues années, que même en extrapolant, on aurait pu croire que j’étais née avec et que la Harley vrombissante m’attendait aux portes de la maternité.

Et rien qu’à l’idée de recommencer ce manège dès l’automne (parce que je ne vais pas le mettre cet été, c’est comme ça, c’est décidé), j’en ai des nausées.

Heureusement on ne trouve pas que du cuir chez Olga. On peut même y tomber nez à nez avec de la cotonnade légère comme un air de Sinatra.

En blanc.

Forcément.

Et simple.

Vraiment simple.

Portée avec un jean sqin H&M pris une taille au dessus (pour anticiper la tendance à venir du slouchy skinny) (et surtout parce que je n’aime pas quand le papier colle aux bonbons) (expression éminemment classieuse que je n’ai plus entendu depuis des années et dont je vous offre le souvenir), j’ai volontairement zappé tout accessoire.

On dira que le discret empiècement de dentelle de la blouse et les strass des sandales suffiront. On dira.

dscn0984

dscn0986

dscn0990

La seconde est encore plus casual, avec ses manches courtes ultra larges. Un peu trop peut-être. D’où la veste.

dscn1018

dscn1011

dscn1024

dscn1026

dscn1043

dscn1042

  • Blouses blanches : Olga
  • Jean : Sqin H&M
  • Veste : Bel Air
  • Foulard : Naf-Naf
  • Badges : Antik Batik
  • Chaussures : Oasis chez Asos

Et vous le blues, la blouse, le noir, le blanc… ça vous parle ?

Bon je ne demande pas à Sarah ce qu’elle en pense, elle nous avait déjà précédemment avoué son faible pour les chemises blanches ici. Enfin si, je lui demande quand même.

29
Avr
09

Du Ash fumant

asos_ash

Ce qu’il y a de bien avec la crise, c’est qu’on a des soldes en avril.

On en demandait peut-être pas tant…

Alors, pour les accros à la fumette, on trouve soldés sur Asos (de 50% à 70% de remise) quelques modèles de la dernière collection Ash.

De la basket Pierre Hardysante comme celles en ouverture de ce post (42 €), de l’escarpin au talon tordant (54 €),

asos_ash_2

de la sandale Gaspard Yurkievisante (48 €),

asos_ash_3

déclinée en escarpins funky à petits talons (48 €),

asos_ash_4

mais aussi du sneaker étoilé (50 €),

asos_ash_5

ou du croco vertigineux (66 €),

asos_ash_6

il y en a vraiment pour tous les goûts.

J’aime bien les sandales tricolores bleu, argent et noir, mais j’indécise.

Vous en pensez quoi ?

Ça m’aiderait à me décisionner d’avoir votre avis.

Et j’écris des nouveaux mots si je veux.

Et je m’excuse.

26
Avr
09

Nettoyage de printemps

dscn6282

Où il ne sera question ni de vide (quoi que), ni de dressing.

Non, une fois n’est pas coutume, aujourd’hui on fait un petit détour par la salle de bains et la case beauté et le nettoyage dont il sera ici question, c’est celui de notre peau, qui il faut bien l’avouer nous fait un peu la gueule à la sortie de l’hiver.

Vous avez peut-être déjà entendu parler ici ou là de ce petit objet vibrant que certaines blogueuses ont déjà testé, le Neutrogena Wave.

dscn0945

Oui, ça vibre, et c’est là tout l’intérêt.

Et non, vous ne m’entraînerez pas sur ce terrain là.

Pour que ça vibre donc, il faut insérer une pile. J’ai bien tout de suite repéré l’emplacement où la loger la gredine. J’ai juste mis 10 bonnes minutes à réussir à l’ouvrir.

Je ne suis pas blonde.

Juste bête.

J’ai quand même fini par y arriver et là, à moi les joies du Parkinson. Parce que pour vibrer, ça vibre.

En fait, vous placez un coussinet démaquillant sur l’appareil,

dscn0947

vous placez l’appareil et son coussinet sous l’eau pour l’humidifier,

dscn0949

vous placez l’interrupteur sur on et en avant.

dscn0951

Le produit contenu dans le coussinet mousse au contact de la peau et le mouvement vibrant permet un nettoyage en profondeur.

Même moi et ma bêtise y sommes arrivées sans encombre.

Une fois le démaquillage effectué, on retire le coussinet (usage unique), on rince l’appareil sous l’eau et c’est tout.

Je sais pas vous mais moi me démaquiller tous les soirs, même quand pas maquillée, même quand fatiguée, même quand très fatiguée, même quand état second, voire comateux, ça me gonfle.

Et pourtant pas moyen d’y échapper. L’idée du regard braisé de Panda et de la peau qui tiraille du lendemain me facilite en général le travail.

Alors je me démaquille avec tout un tas de trucs. Des lotions, des huiles, des gels qui moussent, des lingettes. Pas tous en même temps. Et pas de lait. Je suis pas très lait.

Au départ, tester un nouveau produit m’a donc plutôt botté, même si je ne suis pas ultra fan des gadgets que l’on oublie au bout d’un moment au fond d’un tiroir pour finir par revenir aux vrais basiques (on parle toujours beauté là hein).

Ici le gadget en question est plutôt très simple d’utilisation. Surtout, il transforme une corvée en geste ludique et ça c’était pas gagné.

Mais le principal intérêt réside dans le résultat. Dès la première utilisation la peau est vraiment plus douce et il n’y a aucun effet de tiraillement. Au bout de quelques jours, le teint est plus lumineux. Les effets des produits de soin utilisés juste après sont maximisés, les crèmes pénètrent mieux. Bref, c’est plutôt réussi.

Si utilisé régulièrement, on doit même pouvoir arriver à faire l’impasse sur le gommage hebdomadaire.

Et vous, question démaquillage ?

Neutrogena Wave + 14 coussinets : 14,50 € – Recharge 30 coussinets : 5,50 €

21
Avr
09

Quand ton boyfriend se transforme en mac (rien à voir avec la pomme)

1

Quel joli titre, trouvez pas ?

Tout ça pour annoncer que je viens de piétiner mon précédent pari. Je l’ai foulé aux pieds, déchiqueté, broyé, boulotté, j’en ai fait des confettis.

Bref, j’ai pas tenu parole.

Mais si. Vous vous souvenez. J’annonçais ici précédemment que merci la crise, vive la décroissance et à bas la dépense.

Pas plus de trois chiffres sur la même étiquette qu’elle disait…

Alors certes j’ai péché, j’ai mangé ma parole, j’ai foiré, mais c’est pas grave. Tout ça n’est qu’un petit coup de canif dans le contrat, l’exception qui confirme la règle, la confirmation que je ne suis qu’humaine.

Je ne recommencerai plus.

D’autant que c’était pour la bonne cause.

Un jean.

Pensez si j’en avais besoin.

35 paires au compteur.

Alors une de plus, hein ?

Je résume.

Quand ce fucking boyfriend jean a fait son apparition, ni une ni deux, j’ai ressorti le 501 de mes 12 ans.

Pas peu fière, au moins dix ans d’âge (ah ah ah, si on peut même plus rigoler), troué et peinturé il était parfait.

Oui mais non.

Parce que le perdreau de l’année n’a que finalement qu’un lointain air de famille avec le petit copain d’antan (et pendant que j’écris passe la pub : « Ah mais non moi je veux faire caca chez Paul… », j’adore l’époque dans laquelle nous vivons).

Et puis merdum (autant être raccord), rien ne vaut un peu de fraîcheur et de nouveauté. Parce que pour en connaître un rayon dans le recyclage de fringues des années passées, je peux vous assurer que l’exercice est assez casse gueule. Croyez-en mon expérience il y a toujours un truc qui merde (décidément).

Le 501 par exemple. Si on le prend trop grand, on a forcément l’impression d’être pourvu d’attributs masculins dont la nature ne nous a pas doté. Et avec la largeur vient la longueur et subséquemment les trois kilos de revers aux chevilles qui ne font qu’alourdir la silhouette gratuitement, d’où le peu d’intérêt.

Tout ce préambule pour avouer penaude que je viens de m’acheter un nouveau boyfriend (ceci dit à mon âge, à part payer…).

Maintenant que je suis lancée autant que je raconte.

Dans mes 35 paires mentionnées plus haut, une de mes marques préférées revient assez fréquemment : Citizens of Humanity.

Voilà, t’en achète un et t’es prise au piège. Tout va bien, la matière, la coupe, le délavage…

A peine ce dernier mot prononcé, me voici en goguette au Bon Marché (oui je sais encore) (en fait je pensais que la marque Current Elliott y serait distribué et que j’amortirais mon déplacement) (je rêve).

Une fois sur place, pas de Current Elliott, mais du Citizen et mieux encore, du Citizen Boyfriend.

Je l’essaye sur le champ.

Et il va bien.

Il va même très bien.

Mais mon pari ? (je n’avais pas encore regardé l’étiquette).

265 €

Pour un jean.

Ridicule.

Mais j’hésite.

J’hésite.

Et finalement.

Je l’achète le repose.

Non mais merde.

Quand même.

Quoaaaaa.

Oui mais quand même.

J’étais verte.

Je le voulais vachement moi ce citoyen de l’humanité (d’où l’intérêt de déposer le nom des marques en anglais).

Je finis par rentrer, dépitée, énervée, dépressive.

Et je me suis remise au travail.

(En fait j’ai fait semblant et j’ai passé deux heures sur le net à chercher comme une hystérique le moyen d’avoir ce putain de jean pour moins cher).

Et j’ai trouvé.

125 € de moins.

Pour celles que ça intéresse, le site s’appelle Revolve Clothing, les frais de port sont gratuits (contre en moyenne 40 € pour n’importe quel site de vente US), la livraison est ultra rapide (par courrier postal, donc pas vu l’ombre d’un UPS ou Fedex Man qui vous demande un chèque pour couvrir les frais de douane) et les fameux Current Elliott répondent également à l’appel, pour environ là encore 100 € de moins qu’en France (oui oui j’assume, j’adore les parenthèses) (il est à noter que le site est constamment réapprovisionné et que de nouveaux modèles font sans cesse leur apparition) (et disparaissent aussi) (OK c’est juste pour ce post les parenthèses) (après j’arrête).

Je vous laisse donc avec mon nouveau pote (qui n’est pas sectaire) (et qui donc va avec tout) (et rien que pour ça je l’aime) (et je ferai d’autres posts avec) (parce qu’il a plein de potentiel).

Quant à vous, vous avez du mérite (d’être allé jusqu’au bout).

dscn0921

dscn0925

dscn0926

  • Boyfriend jean : Citizens of Humanity
  • Tee shirt : Superdry
  • Cardigan : Monoprix
  • Boots : Nine West

dscn0927

dscn0932

dscn0930

  • Tee shirt : COS
  • Gilet long : Kookaï

dscn0933

dscn0935

dscn0936

dscn0938

  • Chemise : American Apparel
  • Chaussures : Asos

EDIT 22/04 : Et oui effectivement c’est mon bidet B Day aujourd’hui. Merci à celles qui y ont pensé, ça me touche beaucoup. Et n’oubliez pas également d’aller faire un coucou à la jolie Candy, qui prend elle aussi une année de plus aujourd’hui…




juillet 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories