Posts Tagged ‘Agnès b.

15
Mar
09

Citron vert

1503l

Vous avez remarqué ?

Ces petites particules dans l’air en ce moment …

Un souffle aérien, une effluve légère, un reflet doré.

Pas de doute.

C’est le retour du printemps.

Et on ne va pas bouder notre plaisir.

Pour fêter ça quelques unes de mes obsessions de saison : du denim fatigué, du gris chiné douillet et de la couleur vitaminée.

Boyfriend jean

Boyfriend jean

Boyfriend jean

Boyfriend jean

  • Jean : Levi’s 501 vintage
  • Chemise : Xuly Bet
  • Tee shirt : American Vintage
  • Bottines lacées : Mosquitos

Boyfriend jean

Boyfriend jean

Boyfriend jean

Boyfriend jean

Boyfriend jean

Boyfriend jean

Boyfriend jean

Boyfriend jean

Boyfriend jean

  • Boléro et veste en daim : Vintage
  • Tee shirt : Agnès b
  • Gilet : American Vintage

Et pour vous le printemps, il s’annonce comment ?

Je vous laisse réfléchir avec un grand monsieur qui va beaucoup me manquer…

Publicités
30
Sep
08

Sacré graal #1

Le parcours d’une obsessionnelle à la recherche de la pièce parfaite dont elle rêve depuis plusieurs semaines, peut s’avérer jonché d’embûches stylistiques.

Surtout lorsqu’elle sait tellement exactement ce qu’elle veut qu’elle finit par ne plus savoir très bien.

Surtout lorsque ce qu’elle croit être sûre de vouloir n’existe au final pas véritablement.

Surtout lorsqu’elle s’y prend comme une gaufre.

Au final, elle a beau ne pas avoir exactement le même physique que Marylin, elle finit tout de même par lui ressembler.

Surtout lorsque cette dernière s’est enfilée les yeux de Bob Marley.

Et elle finit déçue et exaspérée.

Et bête.

Dans le courant de l’été, comme beaucoup d’entre vous, je rêvassais aux possibles améliorations et ajouts à apporter à ma garde robe (des fois qu’elle s’en aille, la robe) pour l’automne à venir.

Une de mes premières envies, comme beaucoup d’entre vous, a été ce fameux legging en laine fine, un peu transparent, option plissage en accordéon obligatoire.

La véritable obsession ne s’est déclenchée malheureusement pour moi que beaucoup plus tard, à l’heure où nombre de modeuses s’étaient déjà rué sur le Graal, laissant aux pauvres malheureuses dont je faisais partie, quelques miettes ersatziennes ne correspondant pas intégralement au cahier des charges initial.

Il faut quand même que je vous précise, qu’aussi exceptionnel que cela puisse paraître, je ne possède pas de leggings. Le traumatisme des immondes caleçons (l’appellation d’origine) que l’on portait dans les années 80 m’ayant à tout (presque) jamais tenue éloignée de la tentation de rentrer dans la place.

D’autre part, je déteste tout ce qui moule le mollet (je n’aime pas mes mollets, rien que le nom d’ailleurs) et je ne voyais donc pas l’intérêt de m’infliger pareille torture.

Et puis lorsque j’ai vu cette photo chez Punky b, j’ai exulté.

Le mollet n’avait pas l’air moulé.

Du moins pas autant que sur un legging classique.

Il ne moulait pas non plus apparemment trop le cuissot.

Banco !

Le premier problème (que dans mon élan initial, j’avais totalement occulté) réside dans le fait qu’on a pas exactement les mêmes jambes, la demoiselle de la photo et moi.

Le second problème, c’est qu’on a du être environ 200 000 à raisonner de la même manière, et lorsque je me mis en quête de mon Graal à moi, il était devenu auparavant le Graal de 200 000 acharnées qui avaient été plus malines.

Et plus rapides.

Autant vous dire que chez Zadig & Voltaire, quand ils m’ont vu arriver avec mon air dégagé, décrocher le modèle du portant en coloris mauve écoeurant, et leur demander nonchalamment le même en noir, ils ont bien rigolé.

« Pffffff »… qu’il m’a fait le vendeur en pouffant. « Ça fait longtemps qu’on l’a plus en noir. Et puis sur Paris, ils l’ont plus dans aucune boutique. Et il est même épuisé sur internet. Et au Bon Marché non plus ils n’en ont… »

J’étais déjà partie.

Il m’avait saoulée.

D’autant plus qu’en sortant du magasin, je croise une bombe avec sur les fesses ce fucking legging.

Même pas grave.

Enfin … pas trop …

Ayant quelques jours plus tard echouée au Bon marché, j’ai pu vérifier les dires de mon Cassandre. J’ai eu beau secouer les portants du stand Zadig dans tous les sens, aucun legging ou assimilé ne m’est tombé sur les stilettos (même pas vrai, j’étais en espadrilles).

En revanche, j’ai pu l’apprécier dans le coloris mauvasse rosé sus cité et dans un gris clair que rien qu’en le regardant tu prends trois bon kilos.

D’un autre côté, j’étais un peu soulagée. Il avait pas l’air super ce legging. Ultra fin, pas du tout en laine, ni en matière, ni en apparence. J’avais peut-être évité in extremis une grave erreur de casting.

Je poursuivis donc mon chemin, mi tranquillisée, mi frustrée.

Bien sûr la frustration finit par l’emporter.

Quelques minutes plus tard au corner Maje, j’avais dans les mains un legging pas du tout en laine, pas du tout transparent, mais un peu accordéonant quand même, du au fait que j’avais pris la plus grande taille.

Il est en maille. Très doux. Très confortable.

Et là je vous entends d’ici.

Le legging, vous vous en tamponnez un peu.

En revanche, vous vous questionnez sérieusement sur ma santé mentale.

Des bottines blanches ?

Bon OK ! Je vous refile peut-être le bâton pour me faire battre, mais je leur trouve un petit côté rockabilly qui m’a bien plu, en accord avec le reste de la tenue.

  • Legging : Maje
  • Veste : Les Chemis Blancs
  • Tee shirt : Petit Bateau
  • Bottines : Agnès b
  • Foulards : H&M

A ce stade du récit, je sens bien que je n’ai convaincu personne.

Tout ça pour ÇA ???

Elle nous en tartine des caisses pour nous montrer un legging tout pourri qu’on a toutes le même au fond du placard depuis quatre ou cinq ans et qu’en plus on compatit même pas si elle est retardée et qu’il lui faut une bonne demi douzaine de semestres pour s’approprier une tendance que personne ou presque en veut plus.

Et oui.

Ainsi vais-je.

A mon rythme.

Mais vous pensez bien que je n’allais pas non plus m’arrêter en si bon chemin.

La suite.

Bientôt.

13
Sep
08

Molleton

Vous n’avez pas pu les rater, ces photos du défilé printemps – été 2009 d’Alexander Wang :

Vous voyez où je veux en venir ?

Et puis avant il y avait eu ça aussi :

Une envie de molleton gris.

Voilà ce qui m’a pris récemment.

Le truc le plus improbable que je n’avais plus porté depuis une bonne dizaine d’années. Et encore, à l’époque, c’était juste pour faire du sport.

Le truc le plus anti sexy qui soit et qu’on porte en général pour rester chez soi, vautrée sur le canapé, devant la télé. Et qui en porte souvent les séquelles : taches et/ou trous (pour celles qui comme moi fument, le molleton brûle très bien…).

Et qui poche aussi.

Aux coudes. Aux fesses. Aux genoux.

Bref, le truc affffffrrreux.

Ah et puis j’oubliais, ça rajoute aussi facilement cinq kilos dans chaque cuisse, le caleçon molletonné.

Mais comme j’ai peur de rien…

Seyant, non ?

On s’en fout. C’est CONFORT.

Donc, du vieux bas de survêt :

  • Pantalon : Nike
  • Top en maille froissée : Meltin’Pot
  • Gilet noir : Agnès b
  • Gilet en maille : Thierry Gillier
  • Boots : Mosquitos

Et du sweater neuf :

  • Sweater : American Apparel
  • Tregging : Helmut Lang
  • Gilet en cuir : Kiliwatch
  • Bottes : Free Lance

Alors, cet automne, vous molletonnerez ?

Photos défilés A. Wang et I. Marant : vogue.fr

26
Juin
08

Soleil vert

Au début du printemps, j’avais croisé cette blouse tout en transparence sur une vente internet. J’avais d’ailleurs fait plus que la croiser, puisque j’étais repartie avec, enfin façon de parler, on ne passe pas encore la main au travers de l’écran pour récupérer ses achats, mais j’aimerais quand même bien qu’un jour mes envies se prennent pour la réalité. Sur un coup comme ça, tout le monde y gagnerait.

Bref, je l’avais donc reçue par La Poste, je l’avais rangée vu que le temps de ce début de printemps ne s’y prêtait pas, et je l’avais… oubliée.

Rien de grave non plus, si ce n’est qu’en la retrouvant, j’ai été un peu décue. Je la trouvais toujours jolie, mais j’avouais que je ne me souvenais plus quel avait été le déclic déclencheur. En fait, et après avoir vécue tout un printemps depuis l’acte d’achat, je lui ai trouvé plein d’airs de chez déjà vu et elle me paraissait tout de suite moins attrayante. J’en avais même honte. Non, pas de la blouse, mais de mon attitude. Pov chose que je suis, encore à mon âge modelée par des diktats aussi impérieux que peu impériaux.

Cette blouse est devenue has been en quelques semaines ? Même pas mal ! Je m’en vais te lui associer d’autres petites choses d’un autre âge et j’en serai quitte pour un look venu d’ailleurs, et pis c’est comme ça, au moins on en parlera plus et on passera à autre chose.

Bon, ça c’est fait.

Je vous balance quand même les photos. Et y a du lourd.

Du corsaire. De la plateforme qui transforme les orteils en knackis. Du mini blouson noir. Du spencer blanc. Et tout est certifié d’époques bien antérieures.

Allez, rien que pour vous. Non, non, ne me remerciez pas , c’est de bon coeur.

  • Blouse : Antik Batik
  • Corsaire : Côte à côte
  • Gilet manches longues : Jean Colonna
  • Mini blouson : Atsuro Tayama
  • Veste : Agnès b.
  • Chaussures : Colisée de Sacha

Vous avez pas encore mouru ?

Allez un petit coup de gilet Nike Vintage, et vous devriez être fignolées.

Ah tout de suite, elle la ramène moins la petite blouse emperlousée. Ça lui a cassé de sa superbe le coup de la Nikerie vintage.

Mais j’entends déjà les murmures de désapprobation.

OK. Je reviens dans le droit chemin.

Sans avoir toutefois fait un léger détour par les années 80 ou 90, je sais plus, c’est l’âge qui fait ça certainement, après avoir traversé tant de courants on finit par les mélanger et ne plus très bien savoir ce qu’on fait.

Je disais donc. Ah oui ! Du spencer blanc. Sur fond blanc. Ça ressort mieux.

  • Veste : Cacharel
  • Jean : Melting pot
  • Ceinture : Richard Gampel
  • Chaussures : ramenées de Londres dans les années 90

Allez promis ! La prochaine fois, on parlera mode…

24
Avr
08

Back to the eighties

Suite à un post récent chez Frieda, je me suis rappelée que j’avais moi aussi, à une certaine époque, été une groupie (plutôt qu’une fan d’ailleurs).

J’ai donc retrouvé un tee-shirt de cette période (fin des 80’s, début des 90’s) et vous ai fait la version d’alors (telle que je l’ai réellement portée). Tout est d’époque, à l’exception du jean, un peu plus récent.

Et puis j’ai essayé une version un peu plus actuelle, toujours avec ce fameux tee shirt des Jam*.

Alors, vous préférez laquelle?

Version 1988

  • Tee Shirt : vintage
  • Veste : APC
  • Jean : Levi’s
  • Foulard : vintage
  • Ceinture : Agnès b
  • Chaussures : Doc Martens

Version 2008

  • Gilet en skaï : Toi du Monde
  • Pantalon : Vanessa Bruno
  • Chaussures : H&M
The Jam : Premier groupe de Paul Weller, qui forma par la suite « The Style Council ». Aujourd’hui Paul Weller fait une carrière en solo.
01
Avr
08

A la longue

Oui à la longue, je suis sûre que vous aussi, vous allez vous y mettre.

Pourtant, à la lecture de certains blogs, il me semble que ce n’est pas encore acquis.
La jupe longue ne passera pas par vous, en gros…

Pour ma part, comme vous le savez, je garde, au fil des années, les vêtements qui ont marqué leur époque. Mon vintage à moi en somme.

Et comme vous le savez aussi, la mode de la jupe longue, qui ne passera pas par vous cet été, ce n’est ni plus ni moins qu’une « resucée » (ouais je sais je crains) de ce qu’on a pu porter vers le milieu des années 90. Autant dire la préhistoire. D’ailleurs à l’époque, je me souviens que ce n’était pas très pratique pour courir après les T.Rex (get it on) en vue de ramener le dîner du soir. Mais bon, je ne suis pas là pour vous raconter mes jeunes années.

Alors, comme d’hab, brasse coulée dans mon dressing pour en ressortir trois modèles au hasard (fleuri, carreaussé et uni) et tenter de vous aider à vous faire une idée, pour savoir si oui ou non, vous franchirez cet été le Rubicon (méfiez vous les conséquences peuvent en être fâcheuses, d’autres l’ont fait avant vous, mais ils ne sont plus là pour en disserter).

Allez, vous verrez, c’est indolore.

On commence par de la fleur,

jupe_longue_kookai.jpg
jupe_longue_kookai_2.jpg
jupe_longue_kookai_3.jpg
réchauffée par un petit blouson en cuir vintage.
blouson_vintage.jpg
blouson_vintage_2.jpg
blouson_vintage_3.jpg
kookai_detail.jpg
  • Jupe longue : Kookaï
  • Blouse : H&M
  • Ceinture : Vanessa Bruno
  • Blouson en cuir : vintage
  • Chaussures : Colisée de Sacha
On continue par du carreau (ben tiens, vous pensez bien),
jupe_atsuro_tayama.jpg
jupe_atsuro_tayama_2.jpg
jupe_at_mosaique.jpg
Et bien sûr, quoi de mieux pour accommoder le carreau que… du carreau.
veste_hm.jpg
veste_hm_2.jpg
jupe_at_detail.jpg
jupe_at_broche.jpg
  • Jupe : Atsuro Tayama
  • Blouse : vintage
  • Broche : vintage
  • Veste : H&M
  • Chaussures : Jonak
Et on termine par de l’uni navy (non on ne dit plus bleu marine, c’est comme ça),
jupe_agnes_b.jpg
jupe_agnes_b_2.jpg
jupe_agnes_b_3.jpg
que je me permettrai d’égayer avec de la rayure violente associée à de la fleurette discrète.
jupe_agnes_b_4.jpg
naf_naf_detail.jpg
  • Jupe longue : Agnès b
  • Blouse : Vanessa Bruno
  • Veste : Naf-Naf
  • Chaussures : Colisée de Sacha

Quant à moi, je compte sur vous pour me dire, si oui ou non, je laisse mes vieilleries au placard ou si je peux quand même sortir fagotée de la sorte sans craindre d’avoir la police du style sur mes compensées.

Votre avis, siouplait…

Sinon, le jeu des foulards est toujours ouvert. J’ai comme l’impression qu’il sent un peu le pâté ce foulard…

28
Fév
08

Je roule (encore) en Diesel

Naan pas la voiture, je l’ai revendue il y a longtemps déjà (une Panda, vous pensez si j’allais la garder), mais les jeans dont plus personne ne veut entendre parler.

Ceci dit, je peux comprendre. A force d’être submergée par les ventes privées sur Internet qui nous déversent jusqu’à plus soif des tonnes de jeanasseries de la marque, on en perd un peu l’envie d’en porter.
Ben oui, c’est comme pour tout, l’envie et le désir, ça s’entretient.

D’un autre côté, quand je mets 150 € minimum dans une fringue, faut que je l’amortisse, et chez moi l’amortissement c’est du long, voire du très long terme. Et comme je ne me sépare jamais de rien (niveau vêtements s’entend, mais ça vous commencez à le savoir), il est hors de question que je les lâche, mes Diesel.

12.jpg

Et comme en plus ils sont faits avec de la qualité dedans, c’est pas eux qui me lâcheront non plus. Donc on est condamnés à vivre ensemble eux et moi.

Et franchement, c’est pas vraiment un souci parce que :
1/ ils sont de bonne qualité (mais ça je l’ai déjà dit).
2/ ils sont bien coupés (et là je veux pas dire, mais c’est pas chez tout le monde pareil, je balancerais aucune marque, mais je pourrais…).
3/ ils existent dans mon placard en plein de formes et de délavages différents, donc je ne m’en lasse pas.

22.jpg

Alors je m’en moque qu’ils soient larges ou skinny, bruts ou tout délavasses, en denim fins ou plus épais, je les GARDE TOUS.

5.jpg

Et vous vous roulez en quoi?

  • Tee-shirt: Aridza Bross
  • Gilet en laine : Tim Bargeot
  • Jean : Diesel
  • Ceinture : Agnès b.
  • Bottes : vintage



octobre 2019
L M M J V S D
« Juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Articles les plus consultés

Publicités