Posts Tagged ‘Asos

07
Juin
09

Et pour quelques shoes de plus…

DSCN1294

Ça, c’est fait…

Depuis le temps que je cherchais de quoi mettre mes pieds en cage, j’ai fini par trouver.

DSCN1285

Chez Zara.

DSCN1288

Pour moins de 60 €.

DSCN1289

Pour une fois, le talon n’est pas trop haut et sa forme rend la chaussure super stable, voire confortable…

DSCN1291

J’avoue d’ailleurs qu’au début ce genre de talon triangulaire ne me bottait guère, et puis, comme le reste, à force d’en voir…

DSCN1292

Je suis peu de chose finalement.

DSCN1293

Pour les photos de mes pieds en gros plan, faudra attendre un peu…

… le temps que je me réconcilie avec…

Sinon, un petit repérage sur Asos, pour sélectionner cette paire :

image1xxl

La forme me plaît.

La couleur me plaît.

Le prix me plaît (38,44 €).

Mais la hauteur de talon a fini par me dissuader (11,5 cm).

Dîtes, M. Asos, vous pourriez pas les faire un peu plus courts vos talons.

C’est vrai, quoi, y en a marre des échasses bousilleuses de pieds (et d’allure).

Oh et puis tant pis…

… les soldes de presse chez Louboutin sont le 11 juin prochain.

ADVIENNE QUE POURRA.

Et sur ce, je m’en vais voter.

Pour une fois qu’on me demande mon avis…

29
Avr
09

Du Ash fumant

asos_ash

Ce qu’il y a de bien avec la crise, c’est qu’on a des soldes en avril.

On en demandait peut-être pas tant…

Alors, pour les accros à la fumette, on trouve soldés sur Asos (de 50% à 70% de remise) quelques modèles de la dernière collection Ash.

De la basket Pierre Hardysante comme celles en ouverture de ce post (42 €), de l’escarpin au talon tordant (54 €),

asos_ash_2

de la sandale Gaspard Yurkievisante (48 €),

asos_ash_3

déclinée en escarpins funky à petits talons (48 €),

asos_ash_4

mais aussi du sneaker étoilé (50 €),

asos_ash_5

ou du croco vertigineux (66 €),

asos_ash_6

il y en a vraiment pour tous les goûts.

J’aime bien les sandales tricolores bleu, argent et noir, mais j’indécise.

Vous en pensez quoi ?

Ça m’aiderait à me décisionner d’avoir votre avis.

Et j’écris des nouveaux mots si je veux.

Et je m’excuse.

21
Avr
09

Quand ton boyfriend se transforme en mac (rien à voir avec la pomme)

1

Quel joli titre, trouvez pas ?

Tout ça pour annoncer que je viens de piétiner mon précédent pari. Je l’ai foulé aux pieds, déchiqueté, broyé, boulotté, j’en ai fait des confettis.

Bref, j’ai pas tenu parole.

Mais si. Vous vous souvenez. J’annonçais ici précédemment que merci la crise, vive la décroissance et à bas la dépense.

Pas plus de trois chiffres sur la même étiquette qu’elle disait…

Alors certes j’ai péché, j’ai mangé ma parole, j’ai foiré, mais c’est pas grave. Tout ça n’est qu’un petit coup de canif dans le contrat, l’exception qui confirme la règle, la confirmation que je ne suis qu’humaine.

Je ne recommencerai plus.

D’autant que c’était pour la bonne cause.

Un jean.

Pensez si j’en avais besoin.

35 paires au compteur.

Alors une de plus, hein ?

Je résume.

Quand ce fucking boyfriend jean a fait son apparition, ni une ni deux, j’ai ressorti le 501 de mes 12 ans.

Pas peu fière, au moins dix ans d’âge (ah ah ah, si on peut même plus rigoler), troué et peinturé il était parfait.

Oui mais non.

Parce que le perdreau de l’année n’a que finalement qu’un lointain air de famille avec le petit copain d’antan (et pendant que j’écris passe la pub : « Ah mais non moi je veux faire caca chez Paul… », j’adore l’époque dans laquelle nous vivons).

Et puis merdum (autant être raccord), rien ne vaut un peu de fraîcheur et de nouveauté. Parce que pour en connaître un rayon dans le recyclage de fringues des années passées, je peux vous assurer que l’exercice est assez casse gueule. Croyez-en mon expérience il y a toujours un truc qui merde (décidément).

Le 501 par exemple. Si on le prend trop grand, on a forcément l’impression d’être pourvu d’attributs masculins dont la nature ne nous a pas doté. Et avec la largeur vient la longueur et subséquemment les trois kilos de revers aux chevilles qui ne font qu’alourdir la silhouette gratuitement, d’où le peu d’intérêt.

Tout ce préambule pour avouer penaude que je viens de m’acheter un nouveau boyfriend (ceci dit à mon âge, à part payer…).

Maintenant que je suis lancée autant que je raconte.

Dans mes 35 paires mentionnées plus haut, une de mes marques préférées revient assez fréquemment : Citizens of Humanity.

Voilà, t’en achète un et t’es prise au piège. Tout va bien, la matière, la coupe, le délavage…

A peine ce dernier mot prononcé, me voici en goguette au Bon Marché (oui je sais encore) (en fait je pensais que la marque Current Elliott y serait distribué et que j’amortirais mon déplacement) (je rêve).

Une fois sur place, pas de Current Elliott, mais du Citizen et mieux encore, du Citizen Boyfriend.

Je l’essaye sur le champ.

Et il va bien.

Il va même très bien.

Mais mon pari ? (je n’avais pas encore regardé l’étiquette).

265 €

Pour un jean.

Ridicule.

Mais j’hésite.

J’hésite.

Et finalement.

Je l’achète le repose.

Non mais merde.

Quand même.

Quoaaaaa.

Oui mais quand même.

J’étais verte.

Je le voulais vachement moi ce citoyen de l’humanité (d’où l’intérêt de déposer le nom des marques en anglais).

Je finis par rentrer, dépitée, énervée, dépressive.

Et je me suis remise au travail.

(En fait j’ai fait semblant et j’ai passé deux heures sur le net à chercher comme une hystérique le moyen d’avoir ce putain de jean pour moins cher).

Et j’ai trouvé.

125 € de moins.

Pour celles que ça intéresse, le site s’appelle Revolve Clothing, les frais de port sont gratuits (contre en moyenne 40 € pour n’importe quel site de vente US), la livraison est ultra rapide (par courrier postal, donc pas vu l’ombre d’un UPS ou Fedex Man qui vous demande un chèque pour couvrir les frais de douane) et les fameux Current Elliott répondent également à l’appel, pour environ là encore 100 € de moins qu’en France (oui oui j’assume, j’adore les parenthèses) (il est à noter que le site est constamment réapprovisionné et que de nouveaux modèles font sans cesse leur apparition) (et disparaissent aussi) (OK c’est juste pour ce post les parenthèses) (après j’arrête).

Je vous laisse donc avec mon nouveau pote (qui n’est pas sectaire) (et qui donc va avec tout) (et rien que pour ça je l’aime) (et je ferai d’autres posts avec) (parce qu’il a plein de potentiel).

Quant à vous, vous avez du mérite (d’être allé jusqu’au bout).

dscn0921

dscn0925

dscn0926

  • Boyfriend jean : Citizens of Humanity
  • Tee shirt : Superdry
  • Cardigan : Monoprix
  • Boots : Nine West

dscn0927

dscn0932

dscn0930

  • Tee shirt : COS
  • Gilet long : Kookaï

dscn0933

dscn0935

dscn0936

dscn0938

  • Chemise : American Apparel
  • Chaussures : Asos

EDIT 22/04 : Et oui effectivement c’est mon bidet B Day aujourd’hui. Merci à celles qui y ont pensé, ça me touche beaucoup. Et n’oubliez pas également d’aller faire un coucou à la jolie Candy, qui prend elle aussi une année de plus aujourd’hui…

11
Avr
09

A(ma)sos

kg1

Avec l’arrivée de la nouvelle saison vient irrémédiablement l’envie de nouvelles chaussures. Ben oui, c’est comme ça, on est pas non plus des filles pour rien…

Maintenant que vous êtes au courant de mon pari (le pari d’April22, ça sonne presque aussi bien que le pari de Pascal, vous trouvez pas?), qui de mieux qu’Asos pour assouvir une envie de shoes à moindre frais ?

Là pourtant, je devrais m’arrêter 2 mn, réfléchir et me dire que non, ce n’est pas une bonne idée. Déjà l’an dernier, je me lamentais que tout ça n’était décidément pas une bonne stratégie. En effet, au lieu d’acheter de la cheaperie par wagon, pourquoi ne pas économiser un peu, éviter la chaussure de 4 sous toute la saison, et la finir en apothéose aux soldes de presse Louboutin, avec, enfin, de quoi marcher stylé…

Je disais quoi au paragraphe précédent ? Toujours aussi peu de mémoire moi tiens. L’âge sans doute.

Donc vus sur Asos :

oasis

Oasis : 36 € au lieu de 60 €

Celles-ci, je les aimais vraiment bien (couleur, talon, T-Bar, strass…). Sans doute pas assez toutefois parce que je les ai laissé filer. Elles sont désormais sold-out et j’attends le réassort, ça m’apprendra.

asos

asos2

Asos : 32,40 € au lieu de 53,40 €

J’ai également remarqué cette paire (et accessoirement son prix). Talon de 10 cm (donc pas – trop – vertigineux), patin et joli jeu de brides, je me dis qu’elle doivent être assez faciles à porter.

Elles existent aussi en Nude, mais non soldées.

asos_nude

Asos : 53,40 €

La paire suivante illustre assez bien ce que je recherchais au départ, à savoir le moyen de m’enfermer les pieds en cage, sur le modèle de ce que j’avais pu apercevoir ici par exemple :

biba

Source : Biba mars 2009

Mes préférés : Les Loubout… (je viens d’écrire quelque chose là ? aucun souvenir).

Donc chez Asos, ça donne ça :

asos_cage

asos_cage2

asos_cage3

Asos : 76,34 €

Bon, c’est vrai, elles me plaisent, surtout en gris. Mais… (forcément il y en a un). J’avoue que j’aurais bien aimé pouvoir les essayer avant. Vont-elles suffisamment faire la blague ? J’sais pas, j’balance. Pffffff, pas toujours facile la vie, hein ?

Enfin, il y a celles en ouverture de ce post :

kg2

kg3

Kurt Geiger : 117,60 € au lieu de 168,30 €

Ce sont à priori les plus belles. Mais plusieurs obstacles de taille dont la hauteur de talon (13 cm) et surtout le fait qu’elles ne sont plus disponibles dans ma taille pour le modèle multicolore. Les noires me parlent un peu moins.

Alors, votre avis ???

Je passe mon chemin et j’attends de pouvoir m’offrir les semelles rouges de mes rêves un peu plus tard ? (en même temps c’est con, ça foutrait par terre mon pari… à moins que ça ne soit déjà fait…).

Ou je continue sur ma lancée et (re)commence ma collec de cheaperies saisonnières par l’une de ces paires ?

Merci de votre aide sur ce palpitant dossier.

Très bon WE de Pâques à toutes (et n’abusez ni de l’oeuf, ni de la poule).

22
Fév
09

J’ai un an…

img030

Il fallait bien que ça arrive…

Ce blog se prend aujourd’hui une année dans les gencives.

Je ne ferai ni bilan, ni long discours… je suis juste toute étonnée d’être encore là.

Et toute étonnée que VOUS soyez toujours là.

MERCI !!!

Et pour fêter ça tout en discrétion, de l’imprimé, de la veste et de la chaussette.

220209_f

220209_i

220209_j

220209_k

  • Veste : Bel Air
  • Robe : Shyde
  • Chaussettes hautes : Max Mara
  • Chaussures : Asos

Et sinon, vous serez encore là pour mes 2 ans ?

PS : Sarah, t’as vu ?
OK, c’est court et pas terrible, je ne suis pas la procédure, je ne mets pas les règles, je ne tague personne en retour, mais… j’ai quand même fini par gribouiller trois mots…

16
Sep
08

Monkey see, monkey do

Oui, ceci est bien un singe

J’aime pas les années 80.

Enfin, disons plutôt que je n’aime pas la mode des années 80.

Certaines d’entre vous n’étaient pas nées. D’autres n’étaient pas bien vieilles.

D’autres encore comme moi avaient déjà flingué leur barboteuse.

Personnellement, j’en suis restée traumatisée. Non, pas par la barboteuse, mais par ce qui est arrivé APRÈS.

Et notamment par deux éléments symptomatiques de l’époque : les vestes et manteaux ULTRA épaulés et les pantalons À PINCES.

Concernant le cas n°2, le pantalon à pinces se devait d’être de plus, large au niveau des cuisses et resséré à partir du mollet. Le top, quoi. Qui vous donne direct la silhouette d’une bouteille de Perrier, a fait des générations de névrosées de la culotte de cheval et laissé dans ma mémoire des relents amers.

Quand ce dernier pantalon, rebaptisé « carotte », a recommencé à pousser sous nos contrées, semé par quelques créateurs aigris et revanchards, j’ai pris mes jambes à mon cou, littéralement.

Il était vraiment hors de question pour moi de reprendre une part de ce légume, l’ayant largement consommé à l’époque, et ce parfois jusqu’à l’indigestion. D’où l’importance du traumatisme ci dessus révélé.

No way. Je ne passerai pas par lui, lui ne passera pas par moi, nous nous ignorerons. Et tout ira bien.

C’était sans compter le fait qu’il n’y a pas que la chair de faible. Il y a le cerveau aussi. Et ses réflexes pavloviens.

Ça ne s’explique pas. Ça se vit. Ça se mimétise. Ça s’appelle la force de caractère. Ou plutôt ici en l’occurrence, son absence. Flagrante.

Alors j’ai cédé. J’ai commandé (sans essayer, donc). J’ai reçu. J’ai mis longtemps à déballer. J’ai essayé.

Et comme il est fréquent de bruler ce qu’on a adoré, pourquoi ne pas (un peu) se réconcilier avec ce que l’on a pris tant de plaisir à détester.

Et puis allez ! Soyons fous !

On lui associe un manteau sans col, autre pièce phare de l’époque (laquelle? les deux), pour singer, de loin, les magnifiques silhouettes Yves Saint Laurent de cette saison.

  • Pantalon : Paul & Joe
  • Top : April May
  • Gilet : Astuces
  • Ceinture : Vanessa Bruno
  • Manteau : Sonia Rykiel vintage
  • Chaussures : Asos

Et vous ? Les années 80 ? Les pantalons à pinces ? Les vestes sans col ?

Et sinon ? Ça va ?

03
Sep
08

Récup’

Récemment, je suis tombée sur ça :

Puis sur ça :

Et enfin sur ça :

Et là, j’ai pas pu m’en empêcher.

J’ai rigolé sous cape.

Enfin, c’est une image. Je n’ai pas de cape.

Parce que cette ceinture, elle faisait partie de mon étagère de trucs à poubelliser.

Les trucs à poubelliser, c’est tout ce que je n’aime plus, ne mets plus, tout ce qui ne me fait plus envie, etc… mais que je ne jette pas.

Non. A la place, je les entasse sur une étagère qui, comme la corbeille d’un ordinateur, peut accueillir plein de saloperies dont on n’a plus besoin. Et tout comme la corbeille d’un ordinateur, on n’est pas obligé de la vider.

Un genre d’étape quoi.

Entre mon dressing et la poubelle.

Bref.

Cette ceinture, donc, moi aussi je l’avais. C’est un cadeau d’ il y a très longtemps, et bien que je crois ne l’avoir jamais portée (pas trop mon truc, d’être transformée en femme sandwich, lardée de marques qui brillent), les photos ci-dessus m’ont interpellée.

Forcément. Je suis un être humain. Et de surcroît une femme.

Et il suffit qu’une de mes congénères trouve un truc super attrayant, pour que cela titille mon cerveau reptilien.

Alors là, vous pensez, trois d’un coup. Trois sources différentes. Trois jeunes femmes arborant cette ceinture. Et le faisant avec brio.

Il n’en fallait pas plus pour que je la transfère de l’étagère à poubelliser vers mon dressing. Et de mon dressing directement sur moi.

Et une petite louche supplémentaire avant la question fatidique.

  • Polo : Atsuro Tayama
  • Jupe : Azzedine Alaïa
  • Blouson en cuir : H&M
  • Chaussures : Asos

Alors, en toute sincérité, j’en fais quoi de cette ceinture ?

Je garde ?

Ou pas ?

Je peux aussi me pendre avec. C’est vrai.

Pour les chaussettes, aucun commentaire. Je suis déjà au courant.

Photos : luxenoir, Daily Mail, Next Trend

26
Août
08

Folk low

La tendance folk vous a fait chanter tout l’été ?

Et bien cet hiver, passez au folklore.

Un peu d’ore en plus, et vous voilà parée…

Le seul impératif (en dépit des recommandations) : se la jouer low profile sur une tendance qui, outre le fait qu’elle s’étire un peu en longueur, s’accommode au final assez mal de la surcharge.

Alors, pourquoi ne pas tenter le doublé en la mixant avec une des impressions difficilement évitable de la saison, l’imprimé cashmerisant, remarqué en fanfare chez Gucci et Dolce & Gabbana, et qui, pour ne pas gâcher, en ont en plus rajouté des caisses dans l’esprit folklo(re).

Pour illustrer tout ça, je n’ai rien trouvé de mieux que cette robe en soie Bel Air, shoppé cet été sur internet.

J’avoue qu’en la déballant, je n’ai pas eu le coup de foudre absolu (c’est toujours un souci pour moi, finalement, de déballer ce que j’ai commandé).

Portée telle quelle, c’est vrai qu’elle m’a semblé, dans un premier temps, un tantinet fadasse…

Peut-être qu’en la ceinturant ?

Un gilet en jean, alors ?

OK ! Comme en plus je n’ai peur de rien, je rajoute une paire de chaussettes hautes (FBI* ?) …

Et on n’hésite pas à se terminer en beauté par un autre des indispensables de la rentrée, le col en (fausse) fourrure.

  • Robe : Bel Air
  • Gilet en jean : Wrangler
  • Ceinture : Ted Baker
  • Col en (fausse) fourrure : vintage
  • Chaussures : Asos

* FBI : Fausse Bonne Idée

23
Août
08

Et de 10 !

Et voilà !

Chaque saison, c’est la même chose.

J’ai beau me raisonner, me dire que c’est idiot, que ça ne rime à rien.

Je recommence.

Au lieu de me contenter d’une ou deux jolies paires choisies parmi les surdoués du stiletto, au lieu d’investir dans de la belle pompe, au lieu d’élever un peu le débat, je me retrouve saison après saison à cumuler de la sandale cheap, achetée de surcroit le plus souvent en soldes ou sur internet à des prix pousse au crime, et dans le tas, jamais la moindre trace de belle ouvrage.

Mais n’allez pas croire que je me plains.

Bien au contraire.

Je les aime beaucoup, mes cheaperies.

Je déplore simplement, qu’invariablement, je n’arrive pas à passer du nombre à la qualité.

Et si je réfléchis à la dépense effectuée, je sais qu’outre la place que j’aurai pu gagner dans mon dressing, j’aurais pu arborer à la place une jolie paire de C. Louboutin, accompagnée d’une autre de chez J. Choo (au hasard).

Mais non.

J’ai toujours préféré entasser.

Et ça ne date pas d’hier.

Alors, en détail, voilà ce que ça donne. Les prix varient de 15 à 80 €.

Et je me plais à rêver d’une hypothétique paire de M. Blahnik, que je ne m’offrirais sans doute pas de sitôt.

Et je me trouve nulle.

Vivement l’hiver !

Balmain


H&M


Asos


Zara


Farrutx


H&M


Asos


H&M


Asos

Edit (24/08 – 18H25) : Pour celles qui auraient flashé sur ce modèle, elles sont, enfin, soldées sur le site d’Asos. Et c’est ici que ça se passe (41,61 € au lieu de 69,35).


Zara

Et vous, vous situez où, sur l’échelle de la shoe addiction ?

Vous êtes plutôt du genre PLUS, ou plutôt du genre MIEUX ?

Et si vous avez la chance de pouvoir cumuler les deux, soyez sympas, ne me le dîtes pas…

19
Août
08

Have a cigarette ?

Tout d’abord, je voulais, suite à mon dernier billet, faire un léger Mea Culpa.

Dans mon empressement, j’ai omis de reprendre l’intégralité des règles du tag, qui auraient dues être retranscrites. Ceci n’a que finalement peu d’importance, surtout si on prend en compte le fait que vous avez pu lire ces règles sur la quasi totalité des fashion blogs, ce tag s’étant insidieusement propagé à l’ensemble de la blogosphère modesque.

En revanche, en oubliant de retranscrire la marche à suivre, j’ai également zappé le plus important, à savoir que les auteurs des trois premiers commentaires doivent se voir récompensés par un cadeau « home made », envoyé dans les 365 jours suivant la parution du tag.

Je ne dérogerai donc pas à la règle, et, en dépit de mes deux mains gauches accessoirisées d’une jolie paire de moufles, je m’exécuterai joyeusement. Je ne garantis malheureusement pas l’intérêt de la chose ainsi créée et si certaines se retrouvent avec un paquet de Kinder Maxi à l’emballage colorié par mes soins, aucune réclamation ne sera acceptée…

Donc, Ithaa, Julia et Candy, j’attends vos adresses postales pour pouvoir vous gâter, petites veinardes que vous êtes.

Ces précisions faites, je vous propose de rentrer avec moi dans le vif du sujet de ce billet : la rentrée. Et plus précisément, les tendances de cette rentrée.

Ainsi, aujourd’hui et dans les posts à venir, je vous emmène faire un petit périple à travers ce que nous aurons toutes envie de porter cet automne : du noir, du gris (et oui, encore), du tartan, du long, du large, du laqué, de la dentelle, de l’imprimé, du clouté, de l’épaulé, du ceinturé, de la moumoute, du pantalon

Beaucoup de pantalons. Cette saison en effet, la robe qui n’a pas quitté nos penderies depuis plusieurs saisons se place légèrement en retrait, au profit du pantalon, omniprésent dans les silhouettes de la rentrée.

Et là, vous avez le choix. Du long, du large, du court, de l’ajusté, il y en a vraiment pour tous les goûts et toutes les silhouettes.

On commence donc dès maintenant par un des incontournables de la saison, j’ai nommé le pantalon cigarette. Celui là même qui, depuis les années 50 et les silhouettes impeccables d’Audrey Hepburn, a laissé dans notre inconscient des traces indélébiles. Il ne cesse depuis de faire des allers retours au cœur même de notre libido fashion, et cet automne il marque un petit temps de pause, le temps de faire un détour par nos penderies.

Porté très simplement avec une blouse aérienne et des sandales cloutées en attendant les frimas, il sera parfait associé à un des autres incontournables de la saison, le gilet en moumoute.

  • Pantalon cigarette : Bel Air
  • Blouse en voile de coton : American Vintage
  • Sandales cloutées : Asos

On l’accessoirisera avec bonheur de larges touches de couleur fauve, histoire de le rendre un tantinet plus sauvage.

  • Ceinture : Ted Baker
  • Collier en ambre : vintage
  • Sandales : Asos

Enfin on hésitera pas à l’associer au fameux gilet moumouté vu chez Isabel Marant et D&G, entre autres.

En rouge, de préférence.

  • Gilet rouge : Fripes

Un dernier petit conseil concernant cette pièce aussi attrayante que casse gueule, n’investissez pas trop. Ce gilet poilu risque en effet de ne pas passer l’hiver et de finir vite fait recyclé en descente de lit au printemps prochain…

Alors prudence.




janvier 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories