Posts Tagged ‘Kookaï

21
Avr
09

Quand ton boyfriend se transforme en mac (rien à voir avec la pomme)

1

Quel joli titre, trouvez pas ?

Tout ça pour annoncer que je viens de piétiner mon précédent pari. Je l’ai foulé aux pieds, déchiqueté, broyé, boulotté, j’en ai fait des confettis.

Bref, j’ai pas tenu parole.

Mais si. Vous vous souvenez. J’annonçais ici précédemment que merci la crise, vive la décroissance et à bas la dépense.

Pas plus de trois chiffres sur la même étiquette qu’elle disait…

Alors certes j’ai péché, j’ai mangé ma parole, j’ai foiré, mais c’est pas grave. Tout ça n’est qu’un petit coup de canif dans le contrat, l’exception qui confirme la règle, la confirmation que je ne suis qu’humaine.

Je ne recommencerai plus.

D’autant que c’était pour la bonne cause.

Un jean.

Pensez si j’en avais besoin.

35 paires au compteur.

Alors une de plus, hein ?

Je résume.

Quand ce fucking boyfriend jean a fait son apparition, ni une ni deux, j’ai ressorti le 501 de mes 12 ans.

Pas peu fière, au moins dix ans d’âge (ah ah ah, si on peut même plus rigoler), troué et peinturé il était parfait.

Oui mais non.

Parce que le perdreau de l’année n’a que finalement qu’un lointain air de famille avec le petit copain d’antan (et pendant que j’écris passe la pub : « Ah mais non moi je veux faire caca chez Paul… », j’adore l’époque dans laquelle nous vivons).

Et puis merdum (autant être raccord), rien ne vaut un peu de fraîcheur et de nouveauté. Parce que pour en connaître un rayon dans le recyclage de fringues des années passées, je peux vous assurer que l’exercice est assez casse gueule. Croyez-en mon expérience il y a toujours un truc qui merde (décidément).

Le 501 par exemple. Si on le prend trop grand, on a forcément l’impression d’être pourvu d’attributs masculins dont la nature ne nous a pas doté. Et avec la largeur vient la longueur et subséquemment les trois kilos de revers aux chevilles qui ne font qu’alourdir la silhouette gratuitement, d’où le peu d’intérêt.

Tout ce préambule pour avouer penaude que je viens de m’acheter un nouveau boyfriend (ceci dit à mon âge, à part payer…).

Maintenant que je suis lancée autant que je raconte.

Dans mes 35 paires mentionnées plus haut, une de mes marques préférées revient assez fréquemment : Citizens of Humanity.

Voilà, t’en achète un et t’es prise au piège. Tout va bien, la matière, la coupe, le délavage…

A peine ce dernier mot prononcé, me voici en goguette au Bon Marché (oui je sais encore) (en fait je pensais que la marque Current Elliott y serait distribué et que j’amortirais mon déplacement) (je rêve).

Une fois sur place, pas de Current Elliott, mais du Citizen et mieux encore, du Citizen Boyfriend.

Je l’essaye sur le champ.

Et il va bien.

Il va même très bien.

Mais mon pari ? (je n’avais pas encore regardé l’étiquette).

265 €

Pour un jean.

Ridicule.

Mais j’hésite.

J’hésite.

Et finalement.

Je l’achète le repose.

Non mais merde.

Quand même.

Quoaaaaa.

Oui mais quand même.

J’étais verte.

Je le voulais vachement moi ce citoyen de l’humanité (d’où l’intérêt de déposer le nom des marques en anglais).

Je finis par rentrer, dépitée, énervée, dépressive.

Et je me suis remise au travail.

(En fait j’ai fait semblant et j’ai passé deux heures sur le net à chercher comme une hystérique le moyen d’avoir ce putain de jean pour moins cher).

Et j’ai trouvé.

125 € de moins.

Pour celles que ça intéresse, le site s’appelle Revolve Clothing, les frais de port sont gratuits (contre en moyenne 40 € pour n’importe quel site de vente US), la livraison est ultra rapide (par courrier postal, donc pas vu l’ombre d’un UPS ou Fedex Man qui vous demande un chèque pour couvrir les frais de douane) et les fameux Current Elliott répondent également à l’appel, pour environ là encore 100 € de moins qu’en France (oui oui j’assume, j’adore les parenthèses) (il est à noter que le site est constamment réapprovisionné et que de nouveaux modèles font sans cesse leur apparition) (et disparaissent aussi) (OK c’est juste pour ce post les parenthèses) (après j’arrête).

Je vous laisse donc avec mon nouveau pote (qui n’est pas sectaire) (et qui donc va avec tout) (et rien que pour ça je l’aime) (et je ferai d’autres posts avec) (parce qu’il a plein de potentiel).

Quant à vous, vous avez du mérite (d’être allé jusqu’au bout).

dscn0921

dscn0925

dscn0926

  • Boyfriend jean : Citizens of Humanity
  • Tee shirt : Superdry
  • Cardigan : Monoprix
  • Boots : Nine West

dscn0927

dscn0932

dscn0930

  • Tee shirt : COS
  • Gilet long : Kookaï

dscn0933

dscn0935

dscn0936

dscn0938

  • Chemise : American Apparel
  • Chaussures : Asos

EDIT 22/04 : Et oui effectivement c’est mon bidet B Day aujourd’hui. Merci à celles qui y ont pensé, ça me touche beaucoup. Et n’oubliez pas également d’aller faire un coucou à la jolie Candy, qui prend elle aussi une année de plus aujourd’hui…

Publicités
20
Sep
08

In a classical way (not so)

Est-ce cette image du défilé Prada qui s’est insidieusement faufilée dans mon esprit ?

Toujours est-il que j’avais une furieuse envie de chemise bleue.

Bleue ?

Bleue.

Un saut chez American Apparel, et au détour du rayon hommes, devinez quoi ?

Le problème d’une chemise en Oxford, telle que celles que l’on portait dans les années 80, c’est que c’est un peu la faditude annoncée.

Alors autant reprendre les codes de la saison et l’associer avec de la dentelle, de l’ajouré, du troué

Avec une jupe ?

  • Chemise : American Apparel
  • Jupe : Kookaï
  • Ceinture : Ted Baker
  • Bottes : Eden Shoes
  • Chaussures : Colisée de Sacha

Ou un pantalon ?

  • Blouson : Jean Colonna
  • Pantalon : Corinne Cobson
  • Boots : Vic Matie

Alors, le bleu, ça vous tente ?

Un pet(e) au casque ?

Affirmatif.

Photo défilé Prada : vogue.fr

05
Juil
08

Ça déchire

Ça fait un petit moment que je voulais vous présenter ma tenue de travail.

Oui, parce que j’en ai une. Presque un uniforme.

Et vous parler aussi de mon amour pour les vêtements déchirés. Mon côté Punk’s Not Dead.

Comme certaines d’entre vous le savent, je travaille la plupart du temps depuis chez moi. Cette situation comporte de nombreux avantages et de multiples inconvénients.

Et comme le plus souvent mon unique interlocuteur est l’écran de mon ordinateur, point n’est besoin de forcer les choses. Il est plutôt arrangeant, comme compagnon de taf. Le résultat, je ne sais pas si je dois le classer dans la catégorie avantages ou désagréments. Mais il est là…

Quand je bosse, je suis donc souvent habillée comme si… je sortais de mon lit / revenais de la plage / faisais des travaux de terrassement (rayer la mention inutile).

Bon, je vous rassure, heureusement que j’ai des RDV à l’extérieur assez souvent, sinon je ne quitterais plus un vieux 501 explosé et trop grand, et les jours de grande chaleur, un short customisé par mes soins au siècle dernier…

  • Jean : Levi’s 501
  • Tee shirt : American Vintage
  • Cardigan et foulard : H&M
  • Chaussures : Farrutx

  • Short : Levi’s 501
  • Top : Votre Nom
  • Gilet long en laine : Kookaï
  • Chemise longue à carreaux : Xuly Bet
  • Chaussures : Mosquitos

Tenue de travail ET tenue d’intérieur. Je visualise en effet assez mal l’ensemble short + surchemise à carreaux chez un client, ni même chez l’épicier, d’ailleurs.

Mais pourquoi au fait ? Ah oui ça y est. Je me souviens. La date de péremption. Depuis longtemps expirée.

29
Juin
08

Silence, on reboule

On parle des soldes ??

Parce que j’ai peut-être pas tout bien lu tout partout, mais cette année, j’ai l’impression que c’est Omerta sur la Promo, sur la fashion blogo. Je me suis un peu demandée pourquoi. Oui. Pourquoi tant d’ostracisme ? Que s’était-il réellement passé ?

Et puis samedi, j’ai compris.

Je suis descendue de ma Tour d’Ivoire et j’ai vaillamment trainé ma carcasse. Comme vous le sentez déjà, il n’y avait pas non plus un enthousiasme délirant derrière ce projet. Mais bon, quand faut y aller, faut y aller. Allez, j’exagère un chouilla, mais pas tant que ça finalement.

Premier magasin : Antik Batik
Du monde, mais jouable. Je repère vite fait un joli blazer noir gansé. Je le pose gentiment dans un coin de ma mémoire (faut quand même que je me dépêche de faire le tour du magasin, les poissons rouges comprendront). Plus loin, et partout sur des portants, de la soierie, de l’aérien, de la couleur, de l’imprimé, de la broderie. C’est moyen joli et rien ne me fait vraiment envie. J’ai l’impression que c’est la même collection que l’année dernière, et aussi que celle d’avant.
Je retourne voir le blazer du départ. Taille L. J’avise la vendeuse. C’est le dernier mais il taille petit. OK j’essaie. Je ressemble à Roselyne Bachelot avec. La vendeuse derrière moi : « Il est joli, hein? » Moi, devant la vendeuse : « Oui, il est joli, mais il est vraiment trop grand. Vous trouvez pas? » Elle, de bonne foi : « Oui, mais il est à -50% ». Moi, de mauvaise foi : « Ah bon, ben, je vais réfléchir ».

Deuxième magasin : Zadig & Voltaire
Là déjà, en rentrant il y a une odeur bizarre. Genre de l’encens qui aurait tourné, mélangé à de la transpiration de clientes empressées.
Je me bouche mentalement les naseaux et je continue. Pas longtemps. Je sais pas pourquoi, mais j’ai même pas envie de me baisser pour attraper et regarder là un tee-shirt loose, là un pull en cashmere, là un sac pas soldé. Là encore, j’ai l’impression que c’est toujours la même chose depuis de nombreuses saisons. Je n’arrive pas à discerner si ce sont des soldes d’été ou d’hiver. Il y a partout des pulls et des blousons en cuir. J’ai trop chaud tout d’un coup. Je m’enfuis.

Troisième et dernière boutique : Ethel
C’est une petite boutique pas très loin de chez moi qui distribue des marques comme Bel Air, Shyde, Gat Rimon, Scarlett Roos…
Là c’est le temple du ça déborde. Ça dégouline de partout. Je suis fatiguée avant même d’avoir commencé. Je me raisonne. Je me remotive. Et en avant. Arrivée au terme de l’épouillage du dernier cintre du dernier portant, il me semble me souvenir que j’avais repéré 2 ou 3 tops (ou peut-être étaient-ce des robes ?). Mais où ? Ah, foutu poisson rouge qui ne peut s’empêcher de se balader dans mon liquide céphalo-rachidien.
Non. Impossible. Je me refais pas le chemin inverse. En plus, je viens de commencer à bailler. C’est un signe. Je rentre. Chez moi.

OK pour aujourd’hui. Je ferais mieux une prochaine fois. Ou pas.

Tant mieux. Je n’ai plus ni sous à dépenser ni place pour les ranger. Mes éventuelles trouvailles.

Donc le butin des soldes, ce sera pour une autre saison.

A la place, je reboule.

Et je me venge.

De tous ces gens, qui, lorsque, ado, je faisais des revers à mes pantalons, ne pouvaient s’empêcher de me demander si j’allais à la pêche.

Alors, oui je vais pêcher. Dans une tenue très casual, très pratique pour la chasse aux poissons. Sauf les rouges.

  • Pantalon : Kookaï
  • Tee shirt : Fruit of the Loom
  • Gilet en jean : Wrangler
  • Chaussures : Converse
  • Foulard : H&M

Ici, une autre manière de rebouler. Parfaite aussi pour la pêche. Mais pour du poisson plus standing ce coup-ci.

  • Pantalon : Kookaï
  • Top : H&M
  • Veste : Antik Batik
  • Chaussures : H&M

Allez, bonne pêche à vous aussi.

Ou à défaut, bonnes soldes !

01
Avr
08

A la longue

Oui à la longue, je suis sûre que vous aussi, vous allez vous y mettre.

Pourtant, à la lecture de certains blogs, il me semble que ce n’est pas encore acquis.
La jupe longue ne passera pas par vous, en gros…

Pour ma part, comme vous le savez, je garde, au fil des années, les vêtements qui ont marqué leur époque. Mon vintage à moi en somme.

Et comme vous le savez aussi, la mode de la jupe longue, qui ne passera pas par vous cet été, ce n’est ni plus ni moins qu’une « resucée » (ouais je sais je crains) de ce qu’on a pu porter vers le milieu des années 90. Autant dire la préhistoire. D’ailleurs à l’époque, je me souviens que ce n’était pas très pratique pour courir après les T.Rex (get it on) en vue de ramener le dîner du soir. Mais bon, je ne suis pas là pour vous raconter mes jeunes années.

Alors, comme d’hab, brasse coulée dans mon dressing pour en ressortir trois modèles au hasard (fleuri, carreaussé et uni) et tenter de vous aider à vous faire une idée, pour savoir si oui ou non, vous franchirez cet été le Rubicon (méfiez vous les conséquences peuvent en être fâcheuses, d’autres l’ont fait avant vous, mais ils ne sont plus là pour en disserter).

Allez, vous verrez, c’est indolore.

On commence par de la fleur,

jupe_longue_kookai.jpg
jupe_longue_kookai_2.jpg
jupe_longue_kookai_3.jpg
réchauffée par un petit blouson en cuir vintage.
blouson_vintage.jpg
blouson_vintage_2.jpg
blouson_vintage_3.jpg
kookai_detail.jpg
  • Jupe longue : Kookaï
  • Blouse : H&M
  • Ceinture : Vanessa Bruno
  • Blouson en cuir : vintage
  • Chaussures : Colisée de Sacha
On continue par du carreau (ben tiens, vous pensez bien),
jupe_atsuro_tayama.jpg
jupe_atsuro_tayama_2.jpg
jupe_at_mosaique.jpg
Et bien sûr, quoi de mieux pour accommoder le carreau que… du carreau.
veste_hm.jpg
veste_hm_2.jpg
jupe_at_detail.jpg
jupe_at_broche.jpg
  • Jupe : Atsuro Tayama
  • Blouse : vintage
  • Broche : vintage
  • Veste : H&M
  • Chaussures : Jonak
Et on termine par de l’uni navy (non on ne dit plus bleu marine, c’est comme ça),
jupe_agnes_b.jpg
jupe_agnes_b_2.jpg
jupe_agnes_b_3.jpg
que je me permettrai d’égayer avec de la rayure violente associée à de la fleurette discrète.
jupe_agnes_b_4.jpg
naf_naf_detail.jpg
  • Jupe longue : Agnès b
  • Blouse : Vanessa Bruno
  • Veste : Naf-Naf
  • Chaussures : Colisée de Sacha

Quant à moi, je compte sur vous pour me dire, si oui ou non, je laisse mes vieilleries au placard ou si je peux quand même sortir fagotée de la sorte sans craindre d’avoir la police du style sur mes compensées.

Votre avis, siouplait…

Sinon, le jeu des foulards est toujours ouvert. J’ai comme l’impression qu’il sent un peu le pâté ce foulard…




novembre 2017
L M M J V S D
« Juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Catégories

Articles les plus consultés