Posts Tagged ‘Lurex

13
Juin
09

Slouchy and skinny (toi même)

DSCN1411

Ou comment, patience et longueur de temps font parfois moins que force et que rage…

Parce que le moins que l’on puisse dire, c’est que je ne me suis pas vraiment précipitée dans cette affaire.
Et qu’au final j’aurais peut-être mieux fait, m’évitant ainsi la vautrade annoncée.

Il y a quelque temps de ça, alors que, comme les 2/3 de la blogosphère mode, je cherchais un « boyfriend » à me caler sous la dent, je tombe sur ça :

current_elliott_slouchy

Tout ce dont j’avais envie, là, sur le moment : du loose, du fatigué, du mou, du dégingandé pas prise de tête.

Le Super Slouchy Skinny de Current Elliott allait devenir à coup sûr MON jean de l’été. Plus seyant et moins vu que le boyfriend, OK, give me five, je suis prête à conclure.

Oui mais non. Parce que ce modèle, impossible de le trouver en magasin en France (du moins moi y en a pas trouvé), et donc impossible de l’essayer au préalable et de me décider quant à la taille.

Au vu du prix de l’engin, de sa coupe particulière, et de tout ce que j’avais pu lire sur les aléas de taille des BFJ de la marque, j’hésite.

Longtemps.

Longtemps.

Je fais alors le tour du web à la recherche de précieuses informations, pour me retrouver au final avec deux théories également partagées : soit tu prends ta taille (et tu assumes le côté slouchy), soit tu prends une taille en moins (au risque de te retrouver avec un slim lambda).

AAArrrgh…

Dilemme.

Des slims j’en ai des wagons, et ce qui m’intéresse dans ce jean c’est justement son côté usé et fatigué, et sa coupe toute en looseur. Etant entre deux tailles, je choisis quand même (fine mouche) la plus petite des deux et je commande tranquilou mon super Slouny Skichy (j’en ris encore).

Je précise qu’entre le moment où je l’ai repéré et celui où je l’ai commandé, il s’est quand même passé plusieurs semaines de valse hésitation, tellement cette histoire de taille me perturbait (OK je sais, mais on ne pérorera pas ici sur le vide intersidéral de ma vie…).

Comme toujours avec Revolve Clothing, prix bien en deçà de ce que l’on peut trouver en France, frais de port gratuits et livraison hyper rapide (je précise à toutes fins utiles que je leur fais de la publicité totalement gratuite, et que je suis bien d’accord avec vous, je serais pas contre un petit dédommagement).

Donc trois jours plus tard, arrivée de mon nouveau Slouski Chyny…

Ouverture de la pochette, déballage et… cul par terre.

A vue de nez je pouvais rentrer dedans avec mon boyfriend (le vrai), mes deux chats et le poisson rouge, ce qui au final aurait fait beaucoup trop de monde au même endroit.

Je l’essaie quand même (seule ce coup ci) et effectivement je pouvais le mettre et l’enlever sans défaire le bouton. Ça nous a beaucoup amusé (moi et moi même), et on a joué à ça pendant un petit moment en rigolant bien, avant d’être subitement envahie par un lourd sentiment de solitude.

A ce stade, plusieurs solutions se dessinaient :

1/ Inviter du monde à participer à la super fête qui commençait à se jouer dans mon jean.

2/ Le renvoyer et faire un échange.

3/ Innover.

La solution 1 a vite été écartée (mon espace vital et moi n’étant pas vraiment partageurs).

La solution 2 était momentanément impossible (taille inférieure épuisée sur le site, tu m’étonnes). De plus la délicatesse qui me caractérise a voulu que je passe mon pied au travers du trou préformaté de la cuisse en l’essayant, déchirant au passage les fils ténus qui le protégeaient encore.

Restait la 3ème, de solution.

Qui s’est concrétisée par un passage par le lave linge à 90°, suivi de 2 heures de séchage à température maxi. Ça lui apprendra…

Et comme ça n’allait toujours pas, j’ai fini par le renvoyer, en remettant bien en place les étiquettes… (oh ça va hein, si on peut même plus rigoler).

Non je suis juste quelqu’un de bien (on va dire) qui serait incapable d’une telle infamie, d’autant plus que les 4 heures passées dans le lave linge séchant lui avaient remis les idées en place, à mon Skouchy Slinny.

Comme on était d’accord lui et moi qu’on revenait de loin, et pour fêter l’issue heureuse de ce qui aurait pu finir en serpillière, je n’ai pu m’empêcher de lui vider une partie de mon dressing sur les guibols, à mon nouveau pote.

Avec du bleu doré

DSCN1362

DSCN1376

DSCN1363

trio

DSCN1405

  • Jean : The Super Slouchy Skinny – Current Elliott
  • Top doré en lurex : Chattawak
  • Top bleu : COS
  • Chaussures : H&M et Oasis

Avec des rayures marinées

DSCN1378

DSCN1382

DSCN1379

DSCN1385

DSCN1380

  • Marinière : H&M

Avec du tee pyjamisant

DSCN1396

DSCN1397

DSCN1389

DSCN1390

  • Tee shirt : Swildens
  • Veste : Bel Air

Avec de la fleurette (non libertysante)

DSCN1398

  • Top : Zara

Avec du bleu de la marine

DSCN1399b

DSCN1400

DSCN1402

DSCN1399

  • Top : Liverny

Et vous ?

Avec votre jean de l’été ?

Ça se passe comment ?

Publicités
17
Juin
08

Lurex au poi(d)s

Vous l’aurez peut-être deviné, mais la bling bling attitude, c’est pas vraiment mon truc. Je laisse à d’autres le soin de perpétuer l’espèce, d’autant qu’ils s’en occupent plutôt bien.

Oui mais voilà. J’ai beau généralement rester éloignée de tout ce qui brille, je me retrouve quand même invariablement chaque saison l’heureuse propriétaire d’une jolie chose (jolie, parfois seulement) aux reflets étincelants.

De l’argenté, du doré, je n’ai pas vraiment de préférence, puisqu’à la base, c’est pas ma came.

Pour cette saison, l’heureux élu qui s’est retrouvé par l’opération de je ne sais quel esprit moqueur dans mon placard, est un petit pull manches courtes chauvesourisantes et décolleté en V. Et doré. Très doré.

Alors pour éviter l’effet Dalida (que je respecte par ailleurs beaucoup), je me suis dit que quelques pois pourraient dédramatiser tant de clinquant. Et pas discrets, les pois. Tant qu’à faire.

Et associé avec un PBJ (Petit Blouson en Jean), je lui ai trouvé un air presque casual, à mon pull qui brille.

  • Pull en lurex : Chattawak
  • Jupe : vintage
  • Blouson en jean : Levi’s
  • Foulard : H&M
  • Chaussures : Jonak

Enfin, je ne pouvais pas terminer ce post sans vous toucher un petit mot de la jupe.

Elle ne m’a couté que 6 euros, et je ferai prochainement un billet sur l’endroit où je l’ai trouvé. Pas vraiment le temple de la chic-itude, mais à ce prix là, on y va pas non plus pour se faire offrir le thé dans un petit salon d’essayage privé.

Je vous l’avais dit, le bling bling, c’est pas mon truc.




octobre 2017
L M M J V S D
« Juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories