Posts Tagged ‘Rayures

13
Juin
09

Slouchy and skinny (toi même)

DSCN1411

Ou comment, patience et longueur de temps font parfois moins que force et que rage…

Parce que le moins que l’on puisse dire, c’est que je ne me suis pas vraiment précipitée dans cette affaire.
Et qu’au final j’aurais peut-être mieux fait, m’évitant ainsi la vautrade annoncée.

Il y a quelque temps de ça, alors que, comme les 2/3 de la blogosphère mode, je cherchais un « boyfriend » à me caler sous la dent, je tombe sur ça :

current_elliott_slouchy

Tout ce dont j’avais envie, là, sur le moment : du loose, du fatigué, du mou, du dégingandé pas prise de tête.

Le Super Slouchy Skinny de Current Elliott allait devenir à coup sûr MON jean de l’été. Plus seyant et moins vu que le boyfriend, OK, give me five, je suis prête à conclure.

Oui mais non. Parce que ce modèle, impossible de le trouver en magasin en France (du moins moi y en a pas trouvé), et donc impossible de l’essayer au préalable et de me décider quant à la taille.

Au vu du prix de l’engin, de sa coupe particulière, et de tout ce que j’avais pu lire sur les aléas de taille des BFJ de la marque, j’hésite.

Longtemps.

Longtemps.

Je fais alors le tour du web à la recherche de précieuses informations, pour me retrouver au final avec deux théories également partagées : soit tu prends ta taille (et tu assumes le côté slouchy), soit tu prends une taille en moins (au risque de te retrouver avec un slim lambda).

AAArrrgh…

Dilemme.

Des slims j’en ai des wagons, et ce qui m’intéresse dans ce jean c’est justement son côté usé et fatigué, et sa coupe toute en looseur. Etant entre deux tailles, je choisis quand même (fine mouche) la plus petite des deux et je commande tranquilou mon super Slouny Skichy (j’en ris encore).

Je précise qu’entre le moment où je l’ai repéré et celui où je l’ai commandé, il s’est quand même passé plusieurs semaines de valse hésitation, tellement cette histoire de taille me perturbait (OK je sais, mais on ne pérorera pas ici sur le vide intersidéral de ma vie…).

Comme toujours avec Revolve Clothing, prix bien en deçà de ce que l’on peut trouver en France, frais de port gratuits et livraison hyper rapide (je précise à toutes fins utiles que je leur fais de la publicité totalement gratuite, et que je suis bien d’accord avec vous, je serais pas contre un petit dédommagement).

Donc trois jours plus tard, arrivée de mon nouveau Slouski Chyny…

Ouverture de la pochette, déballage et… cul par terre.

A vue de nez je pouvais rentrer dedans avec mon boyfriend (le vrai), mes deux chats et le poisson rouge, ce qui au final aurait fait beaucoup trop de monde au même endroit.

Je l’essaie quand même (seule ce coup ci) et effectivement je pouvais le mettre et l’enlever sans défaire le bouton. Ça nous a beaucoup amusé (moi et moi même), et on a joué à ça pendant un petit moment en rigolant bien, avant d’être subitement envahie par un lourd sentiment de solitude.

A ce stade, plusieurs solutions se dessinaient :

1/ Inviter du monde à participer à la super fête qui commençait à se jouer dans mon jean.

2/ Le renvoyer et faire un échange.

3/ Innover.

La solution 1 a vite été écartée (mon espace vital et moi n’étant pas vraiment partageurs).

La solution 2 était momentanément impossible (taille inférieure épuisée sur le site, tu m’étonnes). De plus la délicatesse qui me caractérise a voulu que je passe mon pied au travers du trou préformaté de la cuisse en l’essayant, déchirant au passage les fils ténus qui le protégeaient encore.

Restait la 3ème, de solution.

Qui s’est concrétisée par un passage par le lave linge à 90°, suivi de 2 heures de séchage à température maxi. Ça lui apprendra…

Et comme ça n’allait toujours pas, j’ai fini par le renvoyer, en remettant bien en place les étiquettes… (oh ça va hein, si on peut même plus rigoler).

Non je suis juste quelqu’un de bien (on va dire) qui serait incapable d’une telle infamie, d’autant plus que les 4 heures passées dans le lave linge séchant lui avaient remis les idées en place, à mon Skouchy Slinny.

Comme on était d’accord lui et moi qu’on revenait de loin, et pour fêter l’issue heureuse de ce qui aurait pu finir en serpillière, je n’ai pu m’empêcher de lui vider une partie de mon dressing sur les guibols, à mon nouveau pote.

Avec du bleu doré

DSCN1362

DSCN1376

DSCN1363

trio

DSCN1405

  • Jean : The Super Slouchy Skinny – Current Elliott
  • Top doré en lurex : Chattawak
  • Top bleu : COS
  • Chaussures : H&M et Oasis

Avec des rayures marinées

DSCN1378

DSCN1382

DSCN1379

DSCN1385

DSCN1380

  • Marinière : H&M

Avec du tee pyjamisant

DSCN1396

DSCN1397

DSCN1389

DSCN1390

  • Tee shirt : Swildens
  • Veste : Bel Air

Avec de la fleurette (non libertysante)

DSCN1398

  • Top : Zara

Avec du bleu de la marine

DSCN1399b

DSCN1400

DSCN1402

DSCN1399

  • Top : Liverny

Et vous ?

Avec votre jean de l’été ?

Ça se passe comment ?

13
Juil
08

Yo no soy marinero

Mais alors pas du tout.

Ou marin d’opérette alors.

Et pourtant, depuis de nombreuses années, je collectionne les marinières rayées, que j’avais l’habitude d’acheter Au Petit Matelot, avenue de la Grande Armée à Paris. Je ne sais même pas si le magasin existe encore.

Même si depuis les films avec Fernandel, je n’ai jamais vu un marin en porter une, je trouve que c’est le vêtement intemporel par excellence. Il a traversé les années avec une assurance inouïe, et même si il est incontestablement sur le devant de la scène cet été, on l’a aimé avant et on le portera encore après.

Je l’affectionne tout particulièrement dans sa version la plus simple, ici portée avec un pantalon d’homme à revers un peu oversize, large ceinture en satin, et un blouson en daim assez étroit.

Ou encore avec une veste un peu masculine finement rayée.

Mais j’avoue que j’aime bien aussi la dérider, la marinière. Et là, comme à mon habitude, quoi de mieux qu’improviser un mélange improbable d’imprimés.

Avec des pois.

Rouges.

Ou avec des fleurs.

Semées sur une chemise noire en voile de coton.

  • Marinière : Au Petit Matelot
  • Pantalon : H&M
  • Sandales : Zara
  • Blouson en daim : Timberland
  • Veste : Les Chemins Blancs
  • Chemisier à fleurs : Jean Colonna
  • Foulard : vintage

Et vous, la marinière, vous la portez comment ?

03
Juil
08

Solo Polo

Vous vous souvenez comment vous avez atterri sur la fashion blogo ?

Moi je m’en souviens d’autant mieux que c’était il n’y a pas si longtemps. Au gré d’un lien sur un site de vente en ligne, je me suis retrouvée sur le site de Punky-b. J’ai lu la moitié du blog d’un coup. Plus tard j’ai été amenée à découvrir le blog de Garance, celui de Géraldine (de Café Mode), et ainsi de suite…

Le mal était fait.

Quelques mois plus tard, j’ai voulu moi aussi entrer dans la place. Il n’y avait pas de raisons pour que je ne saute pas le pas. Sauf que.

Sauf que, je ne maitrisais pas encore tout à fait les codes de cette tribu à part entière. Je les ai petit à petit assimilés, les uns après les autres, et j’ai appris, souvent à mes dépens. Qu’importe. Le négatif ne l’a jamais emporté sur le plaisir de lire, jour après jour, les chroniques modesques des unes, les délires fashionistiques des autres, les conseils experts de toutes. Bref, un grand vent de fraicheur est venu aérer mon écran et je n’ai eu de cesse depuis, d’alimenter à mon tour ma vision personnelle de cet univers.

Et ce qui m’intéresse dans ce shoot quotidien de style que je m’inocule, c’est bien l’inspiration, les trouvailles et les expérimentations que chacune transmet, offre, tente…

Alors c’est vrai je m’en fous un peu de voir des vêtements à peine sortis des rotatives de la mode, ou d’acquérir le dernier it-something que tout le monde s’arrache. Non, ce que je recherche avant tout c’est l’inspiration. Et cette dernière, je vais la trouver autant dans certaines vintageries que dans les associations parfois osées de cerveaux imaginatifs.

Des mélanges, du neuf, du vintage, de l’indémodable. Si comme la majorité d’entre vous, je dépense beaucoup en fringues et ce, depuis bien longtemps, ouvrir ce blog n’a pas fait exploser mon budget en la matière.

Non. Plutôt que d’écumer les magasins pour présenter du toujours plus, toujours mieux et noyer le lecteur sous un déluge de nouveautés, je préfère fouiner dans mon dressing et dénicher des vieilleries, qui portées ou accessoirisées différemment qu’à l’époque de leur achat, renaitront autrement.

Celles qui me connaissent désormais un peu savent que je garde quasiment tout, que je n’ai pas de compte eBay ou de sites bis me permettant d’évacuer le surplus de mes armoires. J’aime les vêtements, j’ai appris à connaître mes véritables envies, et j’évite de multiplier les achats coups de cœur qui ne quitteront plus par la suite les tréfonds de mes placards une fois achetés, faute d’avoir été suffisamment « aimés » dès le départ.

Alors, une fois encore, un petit détour par mes armoires plutôt que par la case soldes, pour en ressortir trois robes polos qui peuvent encore tout à fait faire illusion.

La mode, c’est un peu de la magie, non ?

Rayée

  • Robe : Jean Colonna
  • Ceinture : Richard Gampel
  • Chaussures : Jonak

Noire

  • Robe : Jean Colonna
  • Foulard : vintage
  • Chaussures : H&M

Navy

  • Robe : Isabel Marant
  • Chaussures : Jonak

24
Avr
08

Back to the eighties

Suite à un post récent chez Frieda, je me suis rappelée que j’avais moi aussi, à une certaine époque, été une groupie (plutôt qu’une fan d’ailleurs).

J’ai donc retrouvé un tee-shirt de cette période (fin des 80’s, début des 90’s) et vous ai fait la version d’alors (telle que je l’ai réellement portée). Tout est d’époque, à l’exception du jean, un peu plus récent.

Et puis j’ai essayé une version un peu plus actuelle, toujours avec ce fameux tee shirt des Jam*.

Alors, vous préférez laquelle?

Version 1988

  • Tee Shirt : vintage
  • Veste : APC
  • Jean : Levi’s
  • Foulard : vintage
  • Ceinture : Agnès b
  • Chaussures : Doc Martens

Version 2008

  • Gilet en skaï : Toi du Monde
  • Pantalon : Vanessa Bruno
  • Chaussures : H&M
The Jam : Premier groupe de Paul Weller, qui forma par la suite « The Style Council ». Aujourd’hui Paul Weller fait une carrière en solo.
01
Avr
08

A la longue

Oui à la longue, je suis sûre que vous aussi, vous allez vous y mettre.

Pourtant, à la lecture de certains blogs, il me semble que ce n’est pas encore acquis.
La jupe longue ne passera pas par vous, en gros…

Pour ma part, comme vous le savez, je garde, au fil des années, les vêtements qui ont marqué leur époque. Mon vintage à moi en somme.

Et comme vous le savez aussi, la mode de la jupe longue, qui ne passera pas par vous cet été, ce n’est ni plus ni moins qu’une « resucée » (ouais je sais je crains) de ce qu’on a pu porter vers le milieu des années 90. Autant dire la préhistoire. D’ailleurs à l’époque, je me souviens que ce n’était pas très pratique pour courir après les T.Rex (get it on) en vue de ramener le dîner du soir. Mais bon, je ne suis pas là pour vous raconter mes jeunes années.

Alors, comme d’hab, brasse coulée dans mon dressing pour en ressortir trois modèles au hasard (fleuri, carreaussé et uni) et tenter de vous aider à vous faire une idée, pour savoir si oui ou non, vous franchirez cet été le Rubicon (méfiez vous les conséquences peuvent en être fâcheuses, d’autres l’ont fait avant vous, mais ils ne sont plus là pour en disserter).

Allez, vous verrez, c’est indolore.

On commence par de la fleur,

jupe_longue_kookai.jpg
jupe_longue_kookai_2.jpg
jupe_longue_kookai_3.jpg
réchauffée par un petit blouson en cuir vintage.
blouson_vintage.jpg
blouson_vintage_2.jpg
blouson_vintage_3.jpg
kookai_detail.jpg
  • Jupe longue : Kookaï
  • Blouse : H&M
  • Ceinture : Vanessa Bruno
  • Blouson en cuir : vintage
  • Chaussures : Colisée de Sacha
On continue par du carreau (ben tiens, vous pensez bien),
jupe_atsuro_tayama.jpg
jupe_atsuro_tayama_2.jpg
jupe_at_mosaique.jpg
Et bien sûr, quoi de mieux pour accommoder le carreau que… du carreau.
veste_hm.jpg
veste_hm_2.jpg
jupe_at_detail.jpg
jupe_at_broche.jpg
  • Jupe : Atsuro Tayama
  • Blouse : vintage
  • Broche : vintage
  • Veste : H&M
  • Chaussures : Jonak
Et on termine par de l’uni navy (non on ne dit plus bleu marine, c’est comme ça),
jupe_agnes_b.jpg
jupe_agnes_b_2.jpg
jupe_agnes_b_3.jpg
que je me permettrai d’égayer avec de la rayure violente associée à de la fleurette discrète.
jupe_agnes_b_4.jpg
naf_naf_detail.jpg
  • Jupe longue : Agnès b
  • Blouse : Vanessa Bruno
  • Veste : Naf-Naf
  • Chaussures : Colisée de Sacha

Quant à moi, je compte sur vous pour me dire, si oui ou non, je laisse mes vieilleries au placard ou si je peux quand même sortir fagotée de la sorte sans craindre d’avoir la police du style sur mes compensées.

Votre avis, siouplait…

Sinon, le jeu des foulards est toujours ouvert. J’ai comme l’impression qu’il sent un peu le pâté ce foulard…

28
Mar
08

Slim Black Boogie

De la chemise western au look rock, vous avouerez qu’il n’y a parfois qu’un talon de santiag de différence.

Alors en cette fin de semaine, j’avais envie de rendre un petit hommage à un élément clé de mon dressing, de mon shoesing plus précisément.

Je vais peut-être en faire hurler certaines d’entre-vous, mais tant pis, il fallait que je vous les montre…

Environ 15 ans d’âge, elles n’ont jamais vu la main du cordonnier ni la boîte de cirage, mais c’est comme ça que je les aime. Après tout, je ne fais pas partie de la famille Ewing, donc elles n’ont pas besoin de briller.

Eh oui, je l’avoue, il m’arrive de porter des santiags… et le pire c’est que j’aime ça. Bon on est d’accord, je passe pas ma vie dedans non plus, mais bon, elles existent et de temps en temps, ben j’aime bien les ressortir.

La preuve en images.

volcom.jpgvolcom_2.jpg

volcom_3.jpg
manteau.jpg
manteau_2.jpg
manteau_3.jpg
  • Blouse : H&M
  • Gilet : H&M
  • Slim : Volcom
  • Foulard : vintage
  • Manteau : Sinequanone
  • Santiags : El Paso Booty
vero_leroy.jpg
vero_leroy_2.jpg
vero_leroy_3.jpg
  • Veste : Les Chemins Blancs
  • Tee-Shirt : Von Dutch
  • Chemise : Véronique Leroy
  • Slim : Cheap Monday
  • Santiags : El Paso Booty
santiag.jpg
Alors les santiags pour vous, c’est stop ou encore ???
25
Mar
08

Western Invaders

En écho à mon précédent post et à la petite chemise à carreaux H&M que je vous avais présenté, j’ai eu envie de mettre à l’honneur les chemises western.

Ça fait maintenant un petit moment qu’elles font partie intégrante de mon dressing et j’avoue que je pourrais difficilement m’en passer. C’est une pièce facile, qui va avec tout, et ce qui ne gâche rien, s’intégrera parfaitement dans les tendances de ce printemps, que ce soit celle des imprimés (principalement du carreau, et les carreaux et moi c’est une grande histoire), du revival folk-rock ou encore d’un certain esprit roots qui a soufflé sur les collections.

Un petit rappel de celle de chez H&M, que décidemment j’aime vraiment beaucoup. Elle existe dans différents coloris, dont un très joli navy, pour celles que ça intéresserait.

divided.jpg

On continue par de la rayure de couleur, imprimée sur un tissu un peu créponné (ça se dit ça?), réhaussée par de la broderie fleurie.

Antik Batik

antik_batik.jpg

antik_batik_2.jpg
Vient ensuite la vraie chemise western, avec découpes stylisées et boutons pressions nacrés. Un fil lurex discret vient ici pimenter l’imprimé.

Lee

lee.jpg
lee_2.jpg
Ici, on retrouve le bouton pression nacré (un des gimmicks de la chemise western, avec la découpe en pointe au niveau des épaules). Pas de manches, mais un léger volant plissé à la place, et une petite broderie feuillage pour égayer le tout.

Miss Sixty
miss_sixty.jpg
miss_sixty_2.jpg
Celle-ci n’est pas à proprement parler une chemise western, mais je la voyais quand même bien faire partie de cette sélection, avec ses carreaux bonne mine, agrémentés d’un fil lurex doré.
Lee Cooper
lee_cooper.jpg
lee_cooper_2.jpg
Sélection un peu plus rocky, avec cette chemise rayée noire et ses boutons dorés. Les surpiqures sont ici moins conventionnelles et on a même un petit motif strassé sur l’épaule droite. A noter, les boutons tête de mort sur les poignets mousquetaires.

Surf Couture
surf_couture.jpg
surf_couture_2.jpg
Plus sage, le col rond et le croquet adoucissent ce modèle en coton très fin et légèrement transparent. Un air plus girly pour cette chemisette très agréable à porter.

Tommy Hilfiger
tommy_hilfiger.jpg
tommy_hilfiger_2.jpg
Enfin, je termine par le clou (pas du spectacle, le clou tout court) avec ce top sans bouton disco à la couleur incertaine, voire douteuse. La photo l’a rendu verdouillard mais il est en fait plutôt doré. Une tendance glitter pas forcément très heureuse, mais que celle qui n’a pas des trucs bizarres dans son placard qu’elle porte pourtant avec aplomb et déléctation, me jette sa première paire de santiags.
E Loco
e_loco.jpg

Alors, des préférences, ou, non décidemment, la chemise western ne passera pas par vous…



août 2017
L M M J V S D
« Juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Articles les plus consultés