Posts Tagged ‘Thierry Gillier

07
Mar
09

Old School

Pantalon Atsuro Tayama

Ah ben voilà.

J’ai l’air malin tiens.

Et vas-y que j’ai un an et nia nia nia et patati et patata, et si tu me crois pas, et tout le tralala…

Et je disparais.

Encore.

Ceci dit vous devez commencer à être un tantinet habituées. Mais vous pouvez m’appeler crainteuse si vous voulez.

Personnellement, je me vois plutôt en dilettante débordée, ça sonne plus classy. Et je peux vous dire que les deux font pas bon ménage.

Le dilettantisme il faut le voir un peu comme une philosophie de vie (sinon ça vire vite fait à la tare sociale). Et c’est encore mieux quand il est matiné d’une louche once de procrastination. Comme chez moi.

Quant à l’impression d’être toujours débordée et constamment en surchauffe, ça doit venir du fait que je ne travaille correctement que dans le stress et l’urgence. Et forcément, entre les périodes de pure contemplation et celles de rush moisi, ben j’ai pas une minute à moi.

Alors je voudrais juste savoir (par curiosité, par envie de copier, par besoin de conseils), comment vous faites, vous.

Oui, vous, là.

C’est pas la peine de vous cacher derrière votre écran, je vous voie.

Je vous voie toutes tous les jours ou presque, les acharnées du billet, les Lucky Luke du post, les forçates de la prose, nous gratifier d’un nouvel opus chaque fois renouvelé.

MAIS VOUS FAITES COMMENT ???

Bon, d’accord. Certaines bloggent de manière quasi professionnelle. Elles ont donc su et pu (si c’est pas chouette ça) dégager le temps nécessaire.

Mais les autres, les plus nombreuses, qui comme moi ont une vie de famille, de couple et/ou professionnelle et/ou sociale. Hein ? Vous faites comment ?

Vous dormez quand ?

Vous trouvez quand le temps d’avoir des idées, de faire des photos, de rédiger les billets, d’aller commenter chez les copines ?

Aaaaarrrrgggghhhh…

J’ai peur d’être méchamment à la loose.

Et quitte à ne pas être dans l’air du temps… une tenue un peu vintage, un peu hors d’âge, un peu dépassée.

Comme moi.

0703b

Pantalon Atsuro Tayama

0703d

0703e

0703_1

  • Pantalon : Atsuro Tayama
  • Gilet boutonné : Blancs Manteaux
  • Gilet zippé : Thierry Gillier
  • Blouson en jean : Levi’s
  • Chaussures : Colin Stuart
Publicités
13
Sep
08

Molleton

Vous n’avez pas pu les rater, ces photos du défilé printemps – été 2009 d’Alexander Wang :

Vous voyez où je veux en venir ?

Et puis avant il y avait eu ça aussi :

Une envie de molleton gris.

Voilà ce qui m’a pris récemment.

Le truc le plus improbable que je n’avais plus porté depuis une bonne dizaine d’années. Et encore, à l’époque, c’était juste pour faire du sport.

Le truc le plus anti sexy qui soit et qu’on porte en général pour rester chez soi, vautrée sur le canapé, devant la télé. Et qui en porte souvent les séquelles : taches et/ou trous (pour celles qui comme moi fument, le molleton brûle très bien…).

Et qui poche aussi.

Aux coudes. Aux fesses. Aux genoux.

Bref, le truc affffffrrreux.

Ah et puis j’oubliais, ça rajoute aussi facilement cinq kilos dans chaque cuisse, le caleçon molletonné.

Mais comme j’ai peur de rien…

Seyant, non ?

On s’en fout. C’est CONFORT.

Donc, du vieux bas de survêt :

  • Pantalon : Nike
  • Top en maille froissée : Meltin’Pot
  • Gilet noir : Agnès b
  • Gilet en maille : Thierry Gillier
  • Boots : Mosquitos

Et du sweater neuf :

  • Sweater : American Apparel
  • Tregging : Helmut Lang
  • Gilet en cuir : Kiliwatch
  • Bottes : Free Lance

Alors, cet automne, vous molletonnerez ?

Photos défilés A. Wang et I. Marant : vogue.fr

15
Juin
08

Floraison tardive

Je crois bien être une des seules à ne pas y être encore allée de son petit billet bucolique sur la robe à fleurs… Qu’a cela ne tienne, vieux motard que j’aimais, comme dirait un de mes amis adepte des cylindrées rutilantes, je répare dès aujourd’hui cet oubli.

Les fleurs, j’ai toujours aimé. Les vraies surtout. Les imprimés, c’est ma tasse de thé. Alors quand on peut se faire plaisir…

En fait, j’avais déjà quelques semis dans ma penderie. Certes, n’étant pas de l’année, elles me semblaient un peu défraichies. Je m’étais bien dit qu’une petite plantation dès le début du printemps aurait été du meilleur effet dans mes effets, mais rien n’y a fait, à l’évidence je m’étais résignée. Je n’avais rien trouvé.

Pour être honnête, je n’avais pas non plus beaucoup cherché. J’attendais sûrement qu’elle se présente à moi, et pour tout dire, dans l’intervalle, ce n’est pas ça qui alimentait mes nuits d’insomnies.

Bon, et puis voilà. Finalement tout est rentré dans l’ordre. Nous nous sommes mutuellement adoptées. L’affaire fut vite entendue et depuis nous ne nous quittons plus.


Et comme effectivement, Frieda, je te le confirme, nous n’aurons pas d’été cette année, j’ai quand même du penser à réchauffer tant de légéreté…

Par du gilet, du cashmere, des bottes de motard (achetées 5 Francs au Puces de Montreuil, donc forcément il y a quelques années), des Rangers et du couire. Ben oui, les fleurs adorent s’encanailler, c’est bien connu…

Bon, je vous laisse, je viens juste d’attraper la rage du jardinage.
Soyez prudentes, c’est sûrement contagieux.

  • Robe : H&M
  • Gilet gris : Thierry Gillier
  • Gilet beige : Morgan
  • Blouson en cuir : Redskins
  • Sautoir : vintage
  • Bottes motardes : vintage
  • Chaussures lacées : Rangers
02
Avr
08

Deux hauts qui coûtent pas un b(r)as

J’avais commencé à écrire un billet sur un créateur japonais découvert par moi il y a peu. C’était beau, enlevé, bien écrit, avec tout plein de références dedans qu’on se serait presque cru chez Galliane.

Et puis un coup de fil à l’attaché de presse du fameux créateur coupa net mon enthousiasme. Fini les envolées lyriques sur les compositions vaporeuses et autres volumes aériens aux coloris subtils, le monsieur n’est plus distribué qu’au Japon depuis cette saison. Groumpfff…

J’en fait quoi de mon post, moi maintenant. J’ai pas de lectrices au Japon (j’en aurais été avertie) et franchement savoir le temps qu’il fait à Buenos Aires quand on habite à Plouermel, ça n’a aucun sens.

Alors, fi de la poésie et de la belle fringue, j’ai ressorti du placard deux tops que j’avais acheté super soldés et pas encore mis, et telle Clara M. sautant du coq à l’âne, je vous les présente.

Rien de bien spécial, sauf que je suis contente de m’en être rappelée et qu’ils seront parfaits pour les jours de traversée du désert stylistique. Simples, pas chiants, hyper portables en toutes occasions, bref, vous en pensez quoi?

top_noir.jpg

On peut même roulotter (non pardon, rebouler) les manches, à défaut du pantalon.

top_noir_3.jpg
top_noir_4.jpg

Et le second, encore plus simple :

top_marron.jpg
top_marron_2.jpg

Et porté avec la tenue du jour, pluvieuse, encore et encore et encore…

sinequanone.jpg
sinequanone_2.jpg
sinequanone_3.jpg
  • Tops : Sinequanone
  • Jean : H&M
  • Chaussures tressées argent : vintage
  • Gilet en grosse maille : Thierry Gillier
  • Chaussures en cuir vieilli : Mosquitos
  • Imperméable : Sinequanone

Bon c’est sûr, tout ça ne vaut pas la création japonaise.

Pour info, ce cher Monsieur, qui a décidé de se « recentrer » sur le Japon (dixit l’attaché de presse) et a par la même occasion foiré mon sujet du jour s’appelle Setaichiro.

Et oui c’était plutôt chérot. Et le post aurait alors pu s’appeler « Un haut qui coûte deux bras ». Preuve en est là encore que oui, je le confirme haut et fort, tout est lié…




octobre 2019
L M M J V S D
« Juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Articles les plus consultés

Publicités